Le gouvernement japonais en «état d'alerte maximum»

le
0
En dépit de son volontarisme affiché, le premier ministre est de plus en plus décrié pour son incompétence.

La tension politique et dans l'opinion publique est encore montée d'un cran au Japon, sur fond d'inquiétantes nouvelles, avec du plutonium détecté dans le sol autour de la centra le de Fukushima. Le premier ministre Naoto Kan a solennellement déclaré que son gouvernement était «en état d'alerte maximum». Tout en reconnaissant que la situation restait «imprévisible». Ce volontarisme affiché par le premier ministre - que Nicolas Sarkozy rencontrera demain lors d'une visite au Japon - ne l'a pas empêché d'être la cible de violentes critiques de la part de parlementaires sur sa gestion de la crise.

Attaqué sur le manque de transparence, il a assuré qu'il rendait publiques toutes les informations en sa possession. Un député de l'opposition, Yosuke Isozaki, a aussi reproché à Naoto Kan de ne pas avoir ordonné l'évacuation des populations dans la zone comprise entre 20 et 30 km autour de la centrale. «Peut-il y avoir quelque chose de plus irresponsable que cela ?», a

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant