Le gouvernement GB voudrait un vote sur la Syrie cette semaine

le
0
 (Actualisé avec nouvelles déclaration Fallon) 
    LONDRES, 29 novembre (Reuters) - Le ministre de la Défense 
Michael Fallon a indiqué dimanche matin que le gouvernement 
britannique souhaiterait que la Chambre des communes se prononce 
cette semaine sur une éventuelle participation du Royaume-Uni 
aux frappes aériennes contre l'Etat islamique (EI) en Syrie. 
    "Nous voudrions qu'il y ait un vote sur une intervention 
militaire mais nous continuons à préparer le dossier", a déclaré 
Michael Fallon sur la BBC en réponse à une question sur un vote 
des députés britanniques cette semaine. 
    Egalement interrogé pour savoir si le gouvernement de David 
Cameron disposait du soutien nécessaire sur cette question aux 
Communes, le ministre de la Défense a répondu: "non pas encore, 
nous y travaillons et nous devons continuer à y travailler". 
    Dans un entretien accordé au Sunday Telegraph, Michael 
Fallon se montrait plus prudent et indiquait que le gouvernement 
britannique n'était pas sûr de demander au Parlement un vote, 
estimant que ce sera "difficile" d'obtenir une majorité si le 
chef de l'opposition Jeremy Corbyn ordonnait à ses députés de 
s'y opposer. 
    Les conservateurs ne détenant qu'une petite majorité aux 
Communes, le Premier ministre David Cameron souhaite que des 
députés autres que les conservateurs votent la décision de 
frapper l'Etat islamique en Syrie et non plus seulement en Irak. 
    Or, le chef des travaillistes, Jeremy Corbyn, souhaite que 
tous les élus de son parti aux Communes votent contre des 
frappes aériennes en Syrie. Mais une grande partie de ses 
députés et notamment le numéro deux du Labour, Tom Watson, 
souhaitent qu'il n'y ait pas de consigne de vote pour pouvoir 
choisir librement.  
    Prié par le Sunday Telegraph de dire si un vote sur la Syrie 
aurait lieu comme prévu, Michael Fallon a déclaré : "Non. Nous 
voulons qu'il y ait un consensus, pour voir s'il y a là une 
majorité." Ce sera "effectivement plus difficile" si Jeremy 
Corbyn incite ses élus à voter contre une action militaire en 
Syrie, ajoute le ministre de la Défense. 
    En 2013, David Cameron n'avait pas réussi à faire voter les 
Communes sur des frappes aériennes contre les forces du 
président syrien Bachar al Assad. A l'époque, le Labour n'avait 
pas laissé ses élus libre de voter à leur guise. 
    La décision de l'ancien Premier ministre travailliste Tony 
Blair de participer à la guerre des Etats-Unis en Irak en 2003, 
lors de laquelle 179 militaires britanniques sont morts, fait 
toujours l'objet d'une controverse en Grande-Bretagne, en raison 
notamment des renseignements obtenus pour justifier cette 
participation. 
    Selon un sondage Survation pour le Daily Mirror paru 
vendredi, 48% des Britannique en âge de voter sont d'accord pour 
une extension des frappes contre l'Etat islamique à la Syrie; 
30% y sont opposés. 
 
 (Andy Bruce; Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant