Le gouvernement gabonais dément avoir gelé les comptes de Ping

le
0

LIBREVILLE, 10 novembre (Reuters) - Le gouvernement gabonais dément formellement avoir gelé les comptes bancaires du principal chef de file de l'opposition, Jean Ping, pour l'empêcher de faire campagne contre le président Ali Bongo lors de l'élection de l'an prochain. Jean Ping est engagé dans un conflit juridique avec les autorités depuis qu'il a affirmé en janvier que 300 jeunes gens avaient lancé des pierres en direction de son domicile. La justice lui a ordonné de verser 650 millions de francs CFA (1,08 million de dollars) de dommages et intérêts à un conseiller du président pour diffamation, et de rembourser pour 500 millions de francs CFA d'arriérés d'impôts, même s'il dit ne pas avoir d'activité commerciale au Gabon. Jean Ping, ministre des Affaires étrangères sous le père d'Ali Bongo, le défunt Omar Bongo qui a dirigé le pays pendant 41 ans, a déclaré vendredi dernier dans un communiqué que le gouvernement gabonais avait gelé ses comptes bancaires. Alain Claude Bilie By Nzé, le porte-parole du gouvernement du Gabon, a formellement démenti ces allégations. "Le gouvernement de la république gabonaise conteste de manière formelle et absolument certaine avoir gelé les avoirs de Monsieur Ping", a-t-il dit lundi soir à Reuters. "Jean Ping a été condamné par la justice gabonaise à payer des dommages et intérêts à Monsieur Hervé Opiangah, suite à une affaire de diffamation. Cette procédure ne concerne en rien le gouvernement", a-t-il ajouté. (Gerauds Wilfried Obangome, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant