Le gouvernement français se met en action pour 2013

le
5
LE GOUVERNEMENT FAIT SA RENTRÉE
LE GOUVERNEMENT FAIT SA RENTRÉE

par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français a affiché jeudi sa mobilisation sur tous les fronts à l'occasion de son premier conseil des ministres de 2013 consacré au programme de travail pour le premier semestre, qui prévoit 15 projets de loi.

Cette feuille de route, expliquée par le chef du gouvernement Jean-Marc Ayrault devant les ministres, puis sur le perron de l'Elysée et enfin dans une tribune dans Le Monde, sera complétée vendredi par un séminaire de travail à Matignon.

Dans ses voeux au gouvernement, François Hollande a rappelé son "obsession" de l'emploi et demandé aux ministres "de faire preuve d'exemplarité en toute matière mais aussi d'esprit d'équipe", a rapporté la porte-parole, Najat Vallaud-Belkacem.

Le chef de l'Etat a prié les ministres de respecter sans discussion les arbitrages de Jean-Marc Ayrault, objet d'un procès en autorité ces derniers mois.

L'exécutif place ainsi sous le signe de l'action et de la cohérence une année qui s'annonce très difficile économiquement, sur fond de désaveu dans les sondages d'opinion.

"La première priorité, c'est de créer les conditions de la croissance, de la création d'emplois, de la lutte contre le chômage avec l'objectif de renverser cette courbe du chômage qui monte depuis près de deux ans à la fin de l'année 2013", a dit le Premier ministre dans la cour de l'Elysée.

"Tous les efforts seront entrepris, tous les ministres seront concentrés sur cet objectif principal."

Les ministres lui ont fait écho.

"Nous ne pouvons pas nous contenter d'attendre passivement que les choses se passent. Nous devons provoquer la croissance, nous devons favoriser le redressement", a affirmé la ministre de la Santé Marisol Touraine dans la cour de l'Elysée.

Dans Le Monde, Jean-Marc Ayrault dit sa volonté de construire "un nouveau modèle français" dans un monde en "mutation, où les peuples doivent relever trois grands défis : le défi du développement, le défi écologique, et le défi démographique".

La bataille contre le chômage, qui grimpe depuis 19 mois et touche plus de 3,1 millions de Français, est au coeur de cette séquence de rentrée.

"M. le président de la République, vous avez fixé le cap : tout doit être mis en oeuvre pour l'emploi" sont les premiers mots du discours de présentation du programme de travail de Jean-Marc Ayrault.

ESPOIR D'ACCORD ENTRE LES PARTENAIRES SOCIAUX

Quinze projets de loi sont prévus au premier semestre 2013 sur des thèmes aussi divers que le mariage et l'adoption pour tous les couples, l'enseignement supérieur et la recherche, la réforme bancaire et la refondation de l'école.

L'exécutif espère en outre un accord sur la sécurisation du travail, qui pourrait intervenir la semaine prochaine et sera ensuite traduit dans une loi.

"On espère un accord global le plus ambitieux possible et un maximum de signatures", explique-t-on à Matignon, à une semaine de la réunion "extrêmement importante" des 10 et 11 janvier.

Pour ce qui est du rétablissement des comptes publics, Jean-Marc Ayrault explique dans son discours que les chiffres définitifs du budget de l'État pour 2012, connus le 15 janvier, "conforteront la crédibilité de notre trajectoire budgétaire".

La France espère toujours dégager 0,8% de croissance cette année et maintenir les déficits publics sous la barre des 3% du PIB, des objectifs que nombre d'institutions économiques jugent difficiles à tenir.

STRATÉGIE POUR 2020

Le débat sur les retraites devrait être relancé en 2013. L'évolution de la protection sociale "en fonction des besoins nouveaux et en rétablissait sa situation financière" sera assorti de réflexions sur le grand âge et le handicap.

Le gouvernement complète cette feuille de route par une réflexion à plus long terme, à l'horizon 2020, sur des secteurs comme les infrastructures numériques, les hôpitaux, le financement de la transition énergétique et de la rénovation thermique, les infrastructures de transport et logement.

"Ce programme établira des priorités prenant en compte les capacités de financement publics et privés", a dit Jean-Marc Ayrault.

Le gouvernement socialiste en place depuis sept mois a respecté la tradition du petit déjeuner du nouvel an au ministère de l'Intérieur, situé tout près de l'Elysée.

Et c'est à pied, sous l'oeil des photographes, que les ministres ont rejoint le palais présidentiel en lançant des "bonne année" à l'adresse des journalistes.

Edité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M601364 le jeudi 3 jan 2013 à 16:54

    PLUS d'impôts tuent la conso ????????BRAVO N.S. QUI A COMMENCé ET F.H. QUI continue

  • cavalair le jeudi 3 jan 2013 à 16:43

    Continue comme ca M310 tu vas gagner une place dans un des nombreuses commissions mise en place.

  • M4189758 le jeudi 3 jan 2013 à 16:43

    JPi - Ce qui serait intéressant c'est de savoir de combien ils diminuent 1- leurs dépenses 2- les impôts 3- le surendettement de la France. Ne me déranger pour rien d'autre.

  • dugan le jeudi 3 jan 2013 à 16:41

    ce "met en action" ! LOL ! sachant que les actions sont de la DAU.BE il en est de même pour ces nulards LOL

  • M3101717 le jeudi 3 jan 2013 à 16:33

    Arrétez le cinéma : il a déjà bien bossé ce Gouvernement ! 40 des 60 engagements de Hollande ont déjà été mis en musique ! Merci, Champions du Redressement. Après l'UMPitres, il faut taffer ;o)