Le gouvernement français «partage» les propos de Montebourg contre Barroso

le
2
Le gouvernement français «partage» les propos de Montebourg contre Barroso
Le gouvernement français «partage» les propos de Montebourg contre Barroso

Le gouvernement français partage «sur le fond» les propos du ministre Arnaud Montebourg qui a accusé le président de la Commission européenne José Manuel Barroso d'être «le carburant du Front national», a assuré mercredi la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem.

Sur la forme, cette dernière semble toutefois prendre un peu plus de recul. «Les termes employés sont la marque d'un franc-parler que l'on connaît bien chez le ministre du Redressement productif», a dit la porte-parole lors du compte rendu du Conseil. «Sur le fond du propos, c'est-à-dire le rappel fait à la Commission européenne que les gouvernements européens et les peuples qu'ils représentent ont tout leur rôle à jouer sur la scène européenne, c'est un propos que nous partageons», a-t-elle affirmé.

Hollande s'est entretenu avec Barroso

Arnaud Montebourg a lancé les hostilités dimanche en accusant José Manuel Barroso d'être «le carburant du Front national» pour avoir récemment qualifié la position française sur l'exception culturelle de «réactionnaire». Les ministres européens du Commerce ont donné vendredi leur feu vert à la Commission pour qu'elle lance des négociations avec les États-Unis en vue d'un accord de libre-échange. Pour parvenir à l'unanimité, ils ont accepté, comme l'exigeait la France, d'exclure le secteur audiovisuel des discussions.

Le président de la Commission a répondu lundi que «certains souverainistes de gauche avaient le même discours que l'extrême droite».

«Si on remet tout cela dans son contexte, je crois que ce qui est problématique à l'origine, c'est clairement les propos de M. Barroso», a ajouté Najat Vallaud-Belkacem, à la veille du Conseil européen des 27 et 28 juin à Bruxelles. Mme Vallaud-Belkacem a précisé que «le président de la République a eu l'occasion de le lui dire en direct».

François Hollande a fait valoir mardi soir que «si l'Europe est dédiée à ce qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le mercredi 26 juin 2013 à 17:28

    Le gouvernement reconnaît donc que Baroso (dont la fonction est inconnue de 99% de la population française) est le carburant du FN. C'est pathétique.

  • jbellet le mercredi 26 juin 2013 à 17:01

    jamais responsable de quoique ce soit le PS toujours les autres, c'est une des grandes spécialités du PS français un coup sarkozy un coup l'europe un coup la mondialisation un coup la chine....