Le gouvernement était informé des écoutes visant Nicolas Sarkozy

le
24
SELON JEAN-MARC AYRAULT, CHRISTIANE TAUBIRA A ÉTÉ INFORMÉE DE LA MISE SUR ÉCOUTE DE NICOLAS SARKOZY
SELON JEAN-MARC AYRAULT, CHRISTIANE TAUBIRA A ÉTÉ INFORMÉE DE LA MISE SUR ÉCOUTE DE NICOLAS SARKOZY

PARIS (Reuters) - Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a reconnu mardi que la ministre de la Justice et lui-même avaient été informés du placement sur écoutes de Nicolas Sarkozy, sans en connaître le contenu, ce qui contredit les dires de Christiane Taubira.

L'UMP demande à François Hollande de "s'expliquer devant les Français" sur une "affaire d'Etat qui s'apparente à un véritable espionnage politique".

Le chef de l'Etat, dans une lettre au président de l'Union syndicale de la magistrature (USM), Christophe Régnard, déclare qu'il ne lui appartient pas "en vertu du principe de la séparation des pouvoirs, de [s]'immiscer d'une quelconque manière dans une affaire judiciaire en cours".

Tant le bâtonnier de Paris, qui proteste contre ces écoutes, que le président de l'USM, qui soutient les magistrats instructeurs, en avaient appelé au chef de l'Etat dans cette affaire. François Hollande se dit seulement prêt à les recevoir.

Le Premier ministre avait auparavant démenti toute "immixtion" de l'exécutif dans l'instruction contre Nicolas Sarkozy, sans convaincre la droite, qui dénonce une entreprise de déstabilisation à 15 jours des municipales.

Il a toutefois reconnu mardi soir au journal de 20 heures de France 2 que lui-même et la ministre de la Justice avaient été informés du placement sur écoutes de l'ancien président et de son avocat Me Thierry Herzog à l'ouverture, le 26 février, par le parquet général d'une instruction judiciaire pour "trafic d'influence et violation du secret de l'instruction".

Le chef du gouvernement a souligné que ni lui ni Christiane Taubira, qui a affirmé lundi sur France Info et TF1 ne pas avoir été au courant des écoutes avant un article du Monde de vendredi dernier, n'étaient informés de leur contenu.

Selon Le Canard enchaîné, à paraître mercredi, le parquet général a transmis le 26 février une synthèse des écoutes à la ministre de la Justice.

"CE N'EST PAS COMME AVANT"

"La garde des Sceaux a reçu une information, que j'ai eue moi-même ensuite, qu'il y avait une nouvelle information judiciaire qui avait été ouverte sur des faits extrêmement graves. C'est à cette occasion qu'on l'a appris" (le placement sur écoutes), a expliqué Jean-Marc Ayrault.

Lundi soir, sur TF1, Christiane Taubira avait déclaré : "Je n'avais pas l'information avant" les révélations du Monde le 7 mars sur la mise sur écoutes de Nicolas Sarkozy.

La ministre de la Justice a diffusé fin janvier une circulaire aux parquets précisant les remontées d'information en fonction de la gravité des faits et de la personnalité de leurs auteurs ou victimes.

Jugeant l'affaire d'une "grande gravité", le chef de file des députés UMP Christian Jacob avait demandé à Jean-Marc Ayrault de convoquer le Parlement actuellement en congés pour s'expliquer.

L'ex-Premier ministre UMP François Fillon a réclamé pour sa part une commission d'enquête parlementaire. "C'est la seule manière de sortir de la confrontation des positions", a-t-il dit à des journalistes.

Ces demandes ont été rejetées par le Premier ministre.

"Demander au Parlement de s'occuper des affaires de justice mais dans quelle République sommes-nous ?", a-t-il déclaré à la sortie d'une réunion du groupe socialiste à l'Assemblée.

"Les comportements ont changé et certains s'imaginent que c'est comme avant. Ce n'est pas comme avant, ce n'est plus comme du temps de Nicolas Sarkozy", a-t-il ajouté, en reprenant le leitmotiv de l'ensemble des dirigeants socialistes.

Bruno Le Roux, le président du groupe PS à l'Assemblée nationale, a rappelé que le Parlement ne pouvait pas enquêter quand des faits sont instruits par la justice.

"On voit bien qu'il s'agit d'une manoeuvre de diversion. Comment pourrait-on faire une commission d'enquête à l'Assemblée, a fortiori une réunion même du Parlement, sur ce qui est une enquête de justice ?", a-t-il dit à Reuters.

(Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le mercredi 12 mar 2014 à 11:08

    Allons, Messieurs, un peu de bon sens...Taubira nous a dit droit dans les yeux, qu'elle n'était pas au courant ???...Cela ne vous suffit pas, ou bien cela vous rappelle t'il qq chose ???...:-)))

  • rodde12 le mercredi 12 mar 2014 à 09:28

    La justice est indépendante, mais placer les copains aux bons endroits, vous permet de pouvoir ordonner une écoute pendant plus d'un an d'un adversaire politique. Combien y en a il d'autres sous des prétextes divers?

  • janaliz le mercredi 12 mar 2014 à 07:16

    M312 : vos arguments sont de 1ere catégorie ! Ainsi j'ajouterai pour vous faire plaisir que lorsque l'âne rit, l'âne est content (ou c.o.n. tant, au choix)... Ne vous déplaise !

  • dsta le mercredi 12 mar 2014 à 00:23

    M312: C'est vrai que pour bien penser chez les socialos, c'est penser comme eux! Mais figurer vous Monsieur le Procureur qu'actuellement il y a 84% des Français qui ne pensent pas comme vous ! Si vous avez un tant soit peu le sens de l'arithmétique vous pourrez constater que cela commence a faire vraiment beaucoup !...et que les Français qui ne pensent pas comme vous, sont exaspérés du comportement des politicards que vous soutenez sans aucun discernement !

  • dsta le mardi 11 mar 2014 à 23:51

    finkbro1: Exact! Ils devraient être a notre service et ils ne le sont qu'au leur ! ILS ONT PERDU LES FONDAMENTAUX et les Français vont le leur rappeler très prochainement en leur mettant le nez dedans et leur demandant de confirmer que c'en est bien ! Il faut qu'ils retournent au basique comme d'autres de leurs congénères, les auraient mis au goulag !

  • r.espic le mardi 11 mar 2014 à 23:38

    Socialistes de M .......

  • M5003824 le mardi 11 mar 2014 à 23:12

    C'est une ex-indépendantiste qui viens nous faire la morale !! Qu'elle retourne dans sa case !! Elle n'a rien à faire place Vendôme !!

  • RVM21 le mardi 11 mar 2014 à 23:03

    notre démocratie est en danger comme du temps du miteux mitt.erant

  • RVM21 le mardi 11 mar 2014 à 23:01

    quand la taupe-ira mordre la poussière en guyane notre pays sera partiellement sauvé!une m..de ambulante cette menteuse comme tout ce gouvernement d'amateurs!!!notre justice ne pouvait pas être plus mal pilotée.

  • finkbro1 le mardi 11 mar 2014 à 22:58

    ils mentent matin, midi et soir devant leur maître : nous. Car ils ont oublié tous ces es.crocs qu ils sont à notre service et non le contraire