Le gouvernement espagnol vise un retour à la croissance en 2014

le
5
Le gouvernement espagnol vise un retour à la croissance en 2014
Le gouvernement espagnol vise un retour à la croissance en 2014

MADRID (Reuters) - L'économie espagnole ne renouera pas avec la croissance et les créations d'emplois avant 2014, a déclaré vendredi le ministre de l'Economie, Luis de Guindos.

Le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy prévoit une légère hausse du produit intérieur brut l'année prochaine et une croissance de 1,4% en 2014.

L'agence Standard & Poor's a abaissé jeudi de deux échelons la note souveraine de l'Espagne pour la ramener à BBB+, deux crans seulement au-dessus de la catégorie spéculative ("junk") en soulignant le risque de voir la récession dégrader encore les finances publiques.

Vendredi, le gouvernement a dit prévoir de ramener le déficit public à 1,1% du PIB d'ici 2015 en renouant dès 2013 avec un excédent primaire (hors service de la dette).

Pour y parvenir, a-t-il précisé, il augmentera la fiscalité sur la consommation l'année prochaine afin de lever huit milliards d'euros.

Le ratio dette publique/PIB devrait culminer à 82,3% l'année prochaine avant de refluer à 81,5% en 2014.

Fiona Ortiz, Marc Angrand pour le service français, édité par Nicolas Delame

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3748275 le vendredi 27 avr 2012 à 16:15

    mais que proposez vous ? Le probleme de la dette et du financement de celle ci est un vrais probleme ! S'ils ne trouvent plus d'argent sur les marches il n'y a pas de possibilites d'echapper a des coupes budgetaires ! c'est comme ca !

  • gvigner3 le vendredi 27 avr 2012 à 16:05

    Si Hollande est élu

  • wanda6 le vendredi 27 avr 2012 à 16:02

    Mettre l'accent sur la réduction de la dette afin de regagner la confiance des marchés, comme l'ont décidé en décembre les dirigeants européens, pourrait finir par produire l'effet inverse, a-t-il encore déclaré. "Ce qu'ils ont décidé de faire en décembre dernier, c'est ce qu'il faut faire pour être tout à fait certain que (la zone euro) meure", a-t-il lancé, tout en disant qu'il était possible que l'euro survive en tant que monnaie partagée par les économies les plus robustes.

  • wanda6 le vendredi 27 avr 2012 à 16:02

    "La baisse de la croissance provoque le déficit, et non pas le contraire. Je pense que le choix de l'austérité va se traduire par un niveau élevé de chômage qui sera politiquement intenable et aggravera le niveau des déficits", a-t-il estimé. Il a appelé les pays européens les plus riches, comme l'Allemagne, à investir davantage dans les infrastructures, l'éducation et la technologi. "Les rendements de ces investissements sont plus importants que leurs coûts", a-t-il dit.

  • wanda6 le vendredi 27 avr 2012 à 16:01

    Les cures d'austérité que s'inflige l'Europe s'apparentent à un suicide économique qui risque de couler le bloc monétaire, a déclaré le prix Nobel d'économie américain Joseph Stiglitz, appelant le Vieux Continent à privilégier le soutien à la croissance. "Je pense que l'Europe est vouée au suicide (...). Jamais, dans aucun grand pays, un programme d'austérité n'a réussi", a dit l'ancien économiste de la Banque mondiale lors d'une conférence organisée à Vienne jeudi soir.