Le gouvernement centrafricain dénonce un projet de coup d'Etat

le
0

BANGUI, 15 octobre (Reuters) - Les graves violences de la semaine dernière en Centrafrique étaient coordonnées et s'inscrivaient dans un projet de coup d'Etat, a affirmé mardi le gouvernement intérimaire. Dans un communiqué, le gouvernement précise qu'une "coalition de forces négatives" a distribué de l'argent mais aussi des armes lourdes et des armes légères à une partie de la population de Bangui pour déstabiliser la capitale. L'objectif, poursuit le communiqué, était de "semer la terreur et d'exiger la démission de la présidente de transition Catherine Samba-Panza et de son Premier ministre". Le gouvernement n'identifie pas ces "forces négatives". Bangui a été le théâtre la semaine dernière de trois jours d'affrontements sans précédent depuis des mois entre musulmans armés et miliciens chrétiens anti-Balaka. Les anti-Balaka de même que les rebelles musulmans de la Séléka réclament la démission de Catherine Samba-Panza. (Crispin Dembassa-Kette; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant