Le gouvernement australien envisage d'aider Qantas Airways

le
1
QANTAS AIRWAYS EN DIFFICULTÉ
QANTAS AIRWAYS EN DIFFICULTÉ

SYDNEY (Reuters) - Le gouvernement australien a fait savoir mardi qu'il étudiait différents moyens de venir en aide à Qantas Airways, la compagnie aérienne en difficulté qui selon des informations de presse pourrait supprimer jusqu'à 5.000 emplois et céder des actifs.

Qantas publie ses résultats semestriels jeudi et a d'ores et déjà laissé entendre qu'elle accusera une perte de l'ordre de 300 millions de dollars australiens (197 millions d'euros).

La compagnie promet des "décisions difficiles" pour atteindre ses objectifs - elle compte réduire ses coûts de deux milliards de dollars australiens en trois ans - et convaincre les investisseurs et le gouvernement du sérieux de sa stratégie de redressement.

Elle n'a pas commenté toutefois des informations de la presse australienne selon lesquelles elle supprimerait entre 3.000 et 5.000 postes et envisagerait de vendre son terminal à l'aéroport de Melbourne.

Qantas demande une assistance gouvernementale, par exemple sous la forme de garanties publiques sur ses prêts, pour avoir accès à des financements plus avantageux alors que sa principale concurrente Virgin Australia est mieux armée grâce au soutien de ses actionnaires étrangers Etihad, Singapore Airlines et Air New Zealand.

Il est dans l'intérêt de l'Australie que Quatas "survive et prospère" en tant qu'employeur de premier plan, a déclaré mardi le Premier ministre Tony Abbott. "Ce gouvernement fera ce qu'il peut pour assurer que le terrain de jeu est le même pour tous", a-t-il ajouté au Parlement, tout en notant que la compagnie devait aussi "faire le ménage chez elle."

Le ministre des Transports Warren Truss est favorable à une révision de la loi dite Qantas Sales Act qui limite à 49% les participations étrangères dans le capital du transporteur, mais l'opposition travailliste et les Verts s'y opposent.

(Jane Wardell, Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • remimar3 le mardi 25 fév 2014 à 10:05

    Je recommande aux fonctionnaires européens, si soucieux de faire respecter les règles de la concurrence entre entreprises ou états européens, de porter plainte auprès de l'OMC en cas de subventions avérées.