Le gouvernement appelle au calme à La Réunion

le
0
LE GOUVERNEMENT APPELLE AU CALME À LA RÉUNION
LE GOUVERNEMENT APPELLE AU CALME À LA RÉUNION

PARIS/SAINT-DENIS-DE-LA REUNION (Reuters) - Le gouvernement est mobilisé pour que la sérénité revienne sur l'île de La Réunion après les violences urbaines de la nuit de mardi à mercredi à Saint-Denis et au Port, a déclaré mercredi Valérie Pécresse à l'issue du conseil des ministres.

La porte-parole du gouvernement a souligné que les affrontements s'étaient déroulés dans le quartier du Chaudron à Saint-Denis et dans la commune du Port, en marge d'une manifestation de routiers contre le prix du carburant et la vie chère.

"Le gouvernement veut que la sérénité revienne à La Réunion. Bien évidemment, il est entièrement mobilisé pour que les manifestations se déroulent dans le calme", a-t-elle dit.

Il est aussi mobilisé "sur la question très délicate du prix et du coût des carburants, qui ne dépend pas exclusivement du gouvernement, qui dépend essentiellement de facteurs extérieurs", a ajouté Valérie Pécresse.

Une quinzaine de commerces et de locaux industriels ont été attaqués dans la nuit de mardi à mercredi par environ 200 jeunes, selon un bilan de la préfecture de l'île.

Les violences ont éclaté après la fin du blocage du dépôt pétrolier du Port par un syndicat de transporteurs. Dans un premier temps, les camionneurs avaient appelé la population à les rejoindre avant de suspendre leur mouvement en fin d'après-midi.

Mais dans la soirée, des groupes de jeunes s'en sont pris à des commerces du centre-ville et à un entrepôt de riz.

Des violences ont éclaté simultanément dans le quartier du Chaudron, où plusieurs commerces ont été pillés et, comme au Port, plusieurs véhicules incendiés.

Au total, 19 personnes ont été interpellées par les forces de l'ordre, a précisé la préfecture. Aucun nouvel incident n'a été signalé dans la journée de mercredi.

Des événements similaires s'étaient produits en mars 2009, alors que la Réunion était le théâtre de grandes manifestations contre la vie chère.

Depuis une semaine, des regroupements et des défilés spontanés de protestation contre la hausse des prix sont constatés dans plusieurs communes de l'île. Ils font écho à divers mouvements pour la baisse du prix des carburant organisés par des transporteurs, dont les syndicats sont divisés quant à la stratégie à adopter.

Vendredi, une nouvelle réunion de concertation sur le prix des carburants est prévue à la préfecture.

Bernard Grollier, édité par Gérard Bon

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant