Le gouvernement affirme son «attachement» aux Chantiers de l'Atlantique

le
5
Le gouvernement affirme son «attachement» aux Chantiers de l'Atlantique
Le gouvernement affirme son «attachement» aux Chantiers de l'Atlantique

Lourdement endetté, le groupe sud-coréen de construction navale STX, actionnaire principal de STX France (ex-Chantiers de l'Atlantique), envisage de vendre ses actifs en Europe, notamment ses chantiers navals en France, a annoncé samedi un porte-parole. «Nous sommes en train de revoir la structure de notre société pour nous concentrer sur la construction navale nationale, a-t-il indiqué. Dans ce contexte, nous envisageons la vente d'actifs à l'étranger pour lever de nouvelles liquidités. Des acheteurs potentiels ont déjà manifesté leur intérêt. On y verra plus clair dans la seconde moitié de cette année».

Une annonce qui inquiète les syndicats des chantiers navals de Saint-Nazaire, dont certains réclament une nationalisation. «Nationaliser sans commande ne servirait à rien», leur a répondu samedi Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, dans un entretien au journal «Le Monde». «Nous suivons cette situation de près», a de son côté déclaré le ministre de l'Economie Pierre Moscovici, ajoutant que le gouvernement avait «toujours manifesté» son «attachement aux chantiers de l'Atlantique», et qu'il serait animé de la «volonté de garder l'emploi et l'excellence».

Une méga-commande pour STX France en décembre dernier

Dernier grand chantier naval français, spécialisé dans les navires de croisière géants, mais qui réalise aussi des navires militaires pour DCNS, les Chantiers de l'Atlantique ont reçu fin décembre 2012 un ballon d'oxygène après plus de deux ans de trou d'air dans leur carnet de commande. Ils ont été choisis pour réaliser un paquebot de plus d'un milliard d'euros de type Oasis pour l'Américain Royal Caribbean International (RCI), numéro deux mondial de la croisière.

Le groupe STX Offshore and Shipbuilding, affaibli par une dette croissante de plus de 911 millions de dollars (695 M?) et en proie à d'importantes difficultés de trésorerie, est frappé par le ralentissement...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M140210 le dimanche 5 mai 2013 à 03:24

    C'est pas grave la di-nde va apporter du pognon

  • pichou59 le samedi 4 mai 2013 à 16:50

    une scoop avec la cgt et les ministres et élus millionnaires????? les contribuables ont assez donné....une très bonne formule détonante??????

  • birmon le samedi 4 mai 2013 à 15:16

    Le contribuable va probablement encore payer pour donner un statut de société nationale à des ouvriers et employés qui travailleront de moins en moins et gagneront des avantages.

  • M3182284 le samedi 4 mai 2013 à 14:24

    Vite nationalisation afin d'être à l'abri et payés par la collectivité. Car foin de rentabilité dans la fonction publique. Et les autres? on s'en moque, nous d'abord

  • nayara10 le samedi 4 mai 2013 à 11:00

    Parès avoir volé la technologie et le savoir faire ,on redonne à la FRANCE les miettes .Et on jette sur le pavé les travailleurs et leurs familles .Nos brillants élus vont encore nous faire des pirouettes de polichinelles,et sortir de la boite magique des plans de la triste réalité...