Le gobelet en plastique, un poison pour la planète

le , mis à jour à 12:42
2
Le gobelet en plastique, un poison pour la planète
Le gobelet en plastique, un poison pour la planète

Anodin, quotidien mais tellement polluant. Le gobelet de nos machines à café est le cauchemar des recycleurs. Chaque seconde, on en jette 150 en France. Soit 4,73 milliards par an. Une seule image pour montrer l'ampleur du gâchis : si on les empilait, ils formeraient une pyramide haute comme 25 tours Eiffel chaque année!

Or au mieux 1 % d'entre eux seront recyclés car la filière, pour donner une seconde vie à ce type de plastique, est balbutiante. D'ailleurs en France, à l'exception de quelques zones tests, c'est dans la poubelle ordinaire qu'il faut les jeter. Conséquence : 1,6 milliard de gobelets sont incinérés chaque année, tandis que 2,4 milliards seront enfouis dans des décharges... où ils mettront plusieurs centaines d'années à se dégrader. Et on ne vous parle même pas de ceux qui se retrouvent ballottés par le vent, abandonnés sur un trottoir après une pause-déjeuner sandwich-soda.

Alors, que faire de nos satanés verres en polypropylène ? Canibal, une PME parisienne de 17 personnes, propose une solution au grand public en collectant et transformant ces polluants. A l'occasion de la Semaine européenne du développement durable, qui dure jusqu'à ce soir, la petite société a déployé plusieurs de ses poubelles intelligentes à Paris dans les gares comme à Montparnasse ou à la gare de l'Est, de grands sièges sociaux (L'Oréal, Pôle emploi, Pepsi) ou des écoles comme Sciences-po.

L'emblème de l'homme moderne dynamique et nomade

Ces gobelets sont l'emblème de l'homme moderne dynamique et nomade, qui les utilise pour boire son café glacé dans la rue, vider un soda au cinéma ou engloutir son thé à la menthe ultra sucré au bureau. « Nous visons la valeur d'exemple en traitant le gobelet, symbole de la pollution, explique Benoît Paget, cofondateur de la PME. Nous faisons ainsi des passants des acteurs du recyclage. »

Pour attirer le chaland, la machine vert pomme de Canibal, qui a remporté le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • boudet le vendredi 5 juin 2015 à 13:22

    J'aimerais voir apparaître des solutions proposées (à condition qu'elles existent) plutôt que des lamentations sur la pollution.Je me suis déjà renseigné sur la raison du peu d'acceptation d'emballage dans les poubelles vertes sans obtenir de réponse. J'ai aussi vu apparaître des distributeurs dans lesquels on pouvait remettre l'ancien gobelet. Quelques temps plus tard, il y a eu un panneau demandant de ne pas le faire en raison du risque de propager des épidémies.

  • dotcom1 le vendredi 5 juin 2015 à 12:53

    Gobelets en papier, bcp plus simple à mettre en oeuvre que ce canibale.