Le glaçant témoignage de l'entraîneur de Yassin Salhi

le , mis à jour le
0
Attentat en Isère : perquisitions à Saint-Quentin-Fallavier, 27 juin 2015
Attentat en Isère : perquisitions à Saint-Quentin-Fallavier, 27 juin 2015

C'est un témoignage qui fait froid dans le dos. Nos confrères du 

Parisien

ont rencontré l'ex-entraîneur de Yassin Salhi, l'auteur de la décapitation d'Hervé Cornara et de l'attaque de l'usine Air Products vendredi à Saint-Quentin-Fallavier.

Le professeur d'arts martiaux, qui a souhaité garder l'anonymat, a rencontré le père de famille il y a quatre ans. Yassin Salhi voulait "faire du free-fight", une forme de combat ultraviolent où tous les coups sont permis. Obligé de se rabattre sur un art martial classique, Salhi a "intrigué" son coach dès les premières leçons, au cours desquelles s'est dévoilée une "double personnalité", avec des accès de colère pour le moins effrayants.

"Il ne se battait pas : il faisait la guerre"

"Lors des combats, il se laissait taper sans réagir, sans même protéger son visage. Et puis au bout de quelques minutes, il explosait de colère et frappait dans tous les sens avec une rage inouïe. Il était dangereux, pour lui-même et pour les autres. Il ne se battait pas : il faisait la guerre. (...) Lorsqu'il explosait de rage, son regard se transformait physiquement et dégageait une colère intense que je n'avais jamais vue", relate l'entraîneur.

Un comportement d'autant plus alarmant que Yassin Salhi était, le reste du temps, "d'un abord très doux, dans ses gestes comme dans sa façon de parler". Même si "on le sentait toujours prêt à exploser...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant