Le gérant star est une espèce en voie de disparition

le
0

(NEWSManagers.com) -

Qu'est-ce qu'un gérant star ? Alors que Pimco a vu fondre en quelques semaines plus de 70 milliards de dollars à la suite du départ de son gérant vedette Bill Gross, la question posée par Amiral Gestion et à l'origine de l'étude (*) confiée au cabinet de conseil amGroup a pu trouver une parfaite illustration... Mais elle a également permis de dresser un portrait robot du gérant star, plutôt différente de ce que l'on pouvait imaginer il y a deux décennies en France, lorsque Didier Le Menestrel, à la tête de Financière de l'Echiquier, était qualifié de " gérant star" dans la presse en enregistrant des performances à deux chiffres sur son fonds Agressor, via des investissements dans des petites et moyennes capitalisations françaises.

Dans le cadre de l'enquête d'amGroup, le portrait robot du gérant star est naturellement performant. Par ailleurs, sur son seul nom, il fait venir les encours dans la société de gestion. Cela étant, il ressort également que " ni les investisseurs institutionnels ni les clients privés ne sont spécialement enclins à investir auprès d'un gérant star" , relève l'étude. En clair, les investisseurs choisissent avant tout un fonds, dont " l'indépendance " du gérant est juste une des caractéristiques. Aussi importante soit-elle...

D'ailleurs, l'enquête pointe le fait que le départ de l'investisseur professionnel n'est pas redouté autant que sa succession. " Il y a bien évidemment des exceptions à tout cela mais en réalité, c'est la défection de l'entrepreneur, qui représente un risque pour l'investisseur, bien plus que le départ du seul gérant " , précise amGroup.

Par ailleurs, la multiplication des sociétés de gestion et de l'émergence de sites internet dédiés à la gestion, le foisonnement de nouvelles têtes dans le paysage de l'asset management a eu pour conséquence de faire émerger des gérants qui... ne sont pas pour autant tous des stars. Certains investisseurs interrogés ont ainsi enfoncé le clou et évoqué le fait que le concept de gérant star appartient un peu au passé. Et d'évoquer, pour le justifier, les barrières réglementaires, l'augmentation de la concurrence et le fait que les process de gestion ont tous été plus ou moins testés. Pour preuve, indique l'un des sondés, " alors même que les marchés ont bien fonctionné dernièrement, personne n'a vraiment émergé. On parle toujours de ceux qui étaient là il y a 4 ou 5 ans. " Comme on le voit, c'est peut-être justement à cause de la professionnalisation du secteur que le gérant star est sans doute une espèce en voie de disparition. " Aujourd'hui, la concurrence est beaucoup plus vive, a justifié l'un des professionnels interrogés. Alors le gérant star est-il une " espèce en voie de disparition " s'interroge amGroup. A titre de réponse, le cabinet botte en touche en indiquant qu'il devient urgent d'inscrire cette profession sur la liste des espèces protégées...

Pour sa part, Amiral Gestion qui a été créée par François Badelon, abrité un temps dans les locaux de Financière de l'Echiquier et considéré comme un des gérants stars de la Place de Paris avec son fonds Sextant dans les années 2000, en a profité pour marquer sa différence. " Plus que la starisation du gérant, mieux vaut opter pour une gestion en sous-portefeuille" , explique en substance la société. Une gestion qui créé une discussion collégiale et une décision individuelle. " Chaque gérant fait ce qu'il veut au sein de sa poche, tant qu'il peut l'expliquer aux autres et résister à la critique, rappelle-t-elle. " Toutes les idées sont ainsi partagées, débattues, parfois critiquées, mais jamais censurées. Chaque gérant a la liberté d'investir selon ses propres convictions ou de suivre les idées des autres " .

(*) Enquête réalisée à l'automne 2014 à une quinzaine d'entretiens auprès d'investisseurs professionnels (multigérants et sélectionneurs de fonds) et d'observateurs du marché

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant