Le généticien français accusé de meurtre devant la justice

le
0
Le procès de Laurent Segalat, accusé d'avoir tué sa belle-mère en 2010, va s'ouvrir mercredi à Lausanne. Le scientifique de renom se dit innocent.

En prison depuis deux ans et demi, il ne cesse de clamer son innocence et la réaffirmera à la barre du tribunal. Le procès de Laurent Segalat, généticien français de renom, s'ouvre mercredi à Lausanne. Le scientifique de 48 ans est accusé d'avoir tué sa belle-mère, en janvier 2010, dans sa maison de Vaux-sur-Morges en Suisse. Faute de preuves matérielles et de témoins, l'affaire va se jouer sur l'intime conviction des juges.

Selon Laurent Ségalat, le 9 janvier 2010, à 21h22 il se rend chez son père et découvre sa belle-mère Catherine agonisant dans une mare de sang, au bas de l'escalier de pierre pentu menant au rez-de-chaussée. Il tente pendant près d'une heure de la réanimer, en vain. Constatant son décès, le généticien appelle les secours. L'opératrice au bout du fil juge la voix du directeur de recherches étrange et alerte la police. Sur place, médecins et enquêteurs constatent que Catherine présente des plaies et des ecchymoses au niveau du visage et d

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant