Le génériqueur Meda rejette la proposition d'achat de Mylan

le
0
LE GÉNÉRIQUEUR AMÉRICAIN MYLAN ENVISAGERAIT DE RACHETER LE SUÉDOIS MEDA
LE GÉNÉRIQUEUR AMÉRICAIN MYLAN ENVISAGERAIT DE RACHETER LE SUÉDOIS MEDA

STOCKHOLM (Reuters) - Le fabricant de médicaments génériques suédois Meda a annoncé vendredi que son homologue américain Mylan l'avait contacté dans le but de l'acheter et ajouté que son conseil d'administration rejetait sa proposition provisoire.

"Toutes les discussions en cours entre Meda et Mylan ont été rompues sans autre décision à l'avenir", explique Meda dans un communiqué.

Les transactions sur l'action Meda ont été interrompues vendredi après que le Financial Times a écrit que Mylan envisageait de racheter Meda dans le cadre d'une transaction qui donnerait naissance à un groupe pharmaceutique pesant environ 24 milliards de dollars (17 milliards d'euros).

Un peu auparavant Meda avait confirmé avoir eu des contacts avec Mylan.

Le Financial Times précisait ne pas connaître la valeur exacte d'un éventuel rapprochement, tout en soulignant que Mylan était prêt à payer une prime "significative" par rapport à la valeur de marché de Meda.

Sur la base du cours de clôture de jeudi de 96,90 couronnes, Meda représente une valeur de 29,5 milliards de couronnes (3,3 milliards d'euros). Mylan, société basée en Pennsylvanie, pèse 18,5 milliards de dollars (13,5 milliards d'euros) sur le Nasdaq.

Il y a plus d'un an, Mylan avait racheté Agila Specialties auprès de l'indien Strides Arcolab pour 1,6 milliard de dollars, une opération destinée à renforcer la présence du groupe dans les traitements injectables.

En février dernier, Heather Bresch, directrice générale de Mylan, avait dit devant des analystes financiers que l'entreprise préparait pour cette année une acquisition de grande importance.

Cette déclaration était intervenue juste après qu'Actavis, un des principaux concurrents de Mylan avec Teva Pharmaceuticals, ait annoncé le rachat de Forest Labs pour environ 25 milliards de dollars, renforçant son portefeuille de médicaments spécifiques, notamment pour le traitement de troubles neurologiques.

Plusieurs analystes avaient dit que Mylan, qui anticipe pour cette année un chiffre d'affaires compris entre 7,8 et 8,2 milliards de dollars, avait un temps été intéressé par l'irlandais Elan.

Ce dernier a récemment été le symbole de l'intense activité de fusions et acquisitions qui caractérise depuis un certain temps le segment des fabricants de médicaments génériques.

Après avoir rejeté trois OPA hostiles du fonds d'investissement américain Royalty Pharma, Elan s'était mis en vente en juin dernier avant d'accepter une offre de rachat de 8,6 milliards de dollars d'un autre groupe américain, Perrigo, un mois plus tard.

(Mia Shanley, avec Shubhankar Chakravorty à Bangalore, Benoit Van Overstraeten et Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant