Le gendre de Ben Ali sous mandat de dépôt après son retour en Tunisie

le
0
Le gendre de Ben Ali sous mandat de dépôt après son retour en Tunisie
Le gendre de Ben Ali sous mandat de dépôt après son retour en Tunisie

Le gendre du président déchu Zine El Abidine Ben Ali, Slim Chiboub, qui venait de rentrer en Tunisie après quatre ans à l'étranger, et qui est accusé de trafic d'influence, a été placé sous mandat de dépôt. Présenté au juge mardi matin peu après son retour au pays, Slim Chihoub serait écroué à la prison de Mornaguia, près de Tunis. Le porte-parole du parquet de Tunis a précisé que le gendre de Ben Ali était accusé de trafic d'influence concernant un contrat de consulting qu'il avait avec le groupe industriel français Alstom.

Il est aussi visé par une autre affaire liée à la détention d'arme illégale et pour laquelle il a été déjà condamné par coutumace à 5 ans de prison. «C'est une déception totale», a reconnu son conseil Me Saïdi, qui avait dans la matinée indiqué à l'AFP qu'il réclamerait un non-lieu et la libération de son client. 

En janvier 2011, Ben Ali avait pris la fuite en famille en Arabie Saoudite. Homme d'affaires redouté du temps de Ben Ali, Slim Chiboub s'était installé aux Emirats arabes unis après une escapade en Libye voisine, gagnée elle aussi par la contestation ayant vu la chute puis la mort de Kadhafi. 

Ancien président du club omnisports de l'Espérance sportive de Tunis (EST), dont l'équipe de football est l'une des plus populaires du pays, il avait annoncé son retour dans une interview publiée la semaine dernière dans l'hebdomadaire «Jeune Afrique», disant vouloir «essayer de tourner la page du passé pour vivre sereinement avec (sa) famille, dans (sa) société». A ceux qui se sont interrogés sur le moment choisi pour son retour, M. Chiboub a répondu lundi sur la chaîne France 24 qu'«aujourd'hui nous avons une justice indépendante», ajoutant : «Voilà ma garantie».

Rentré mardi matin en Tunisie, Slim Chihoub a été arrêté puis transféré au Palais de justice à Tunis pour contester les jugements, avant d'être interrogé par le pôle judiciaire ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant