Le géant pétrolier Total devient un fournisseur d'électricité aux particuliers

le
1
Lampiris comptait début 2016 un peu plus d'un million de clients au total, dont 200.000 en France et 850.000 en Belgique. (efetova/Istock.com)
Lampiris comptait début 2016 un peu plus d'un million de clients au total, dont 200.000 en France et 850.000 en Belgique. (efetova/Istock.com)

(AFP) - Après le stockage de l'électricité, la fourniture de courant et de gaz aux particuliers en Belgique et en France: le géant pétrolier français Total s'est emparé de Lampiris, un fournisseur belge estampillé "vert", afin d'accompagner ses nouvelles ambitions dans l'électricité.

Dans un bref communiqué commun, les deux entreprises ont annoncé mardi avoir "signé un accord d'acquisition au terme duquel Total acquerra l'ensemble des actions de la société Lampiris" pour un montant compris, selon des porte-parole, "entre 150 et 200 millions d'euros".

"Cette acquisition sera sans incidence sur les clients et les fournisseurs des deux entreprises. Leurs contrats demeureront inchangés. Elle n'entraînera par ailleurs aucune suppression d'emploi", ont ajouté les deux groupes.

Cette opération, soumise au feu vert des autorités réglementaires compétentes, devrait être finalisée au troisième trimestre.

Elle s'inscrit dans le cadre de la nouvelle stratégie de Total, qui compte accroître d'ici à 2035 sa présence dans la chaîne du gaz, de l'électricité et des énergies renouvelables, des activités qui seront regroupées dès septembre prochain dans une nouvelle branche - "Gaz, renouvelables et électricité".

Elle permet notamment au pétrolier français de mettre un pied dans la fourniture de gaz et d'électricité aux particuliers en Belgique et en France, alors qu'il servait déjà des clients professionnels dans ces deux pays ainsi qu'en Allemagne, au Royaume-Uni ou encore aux Pays-Bas.

En France, sa filiale Total Energie Gaz s'était déjà lancée sur le marché de l'électricité pour les professionnels, afin de profiter de l'opportunité offerte par la fin, en janvier 2016, des tarifs réglementés de vente proposés par EDF à ces clients.

- "Belle marque" -

"On entre sur le marché des particuliers avec une belle marque", a déclaré à l'AFP une porte-parole de Total. "Ce qui est intéressant pour nous, c'est leur offre innovante, leur expertise dans la relation clients et leur plate-forme digitale qui permet l'application de toutes les solutions de compteurs intelligents", a-t-elle ajouté.

Lampiris, qui revendique une électricité 100% "verte" et propose aussi des services énergétiques (isolation, entretien de chaudières, etc.), comptait début 2016 un peu plus d'un million de clients au total, dont 200.000 en France et 850.000 en Belgique, où l'entreprise est le troisième fournisseur d'électricité et de gaz sur le marché résidentiel derrière deux autres filiales d'énergéticiens français, Electrabel (Engie) et EDF Luminus.

"L'acquisition de Lampiris par Total offre à la société une opportunité unique de poursuivre sa croissance, soutenue par un groupe industriel solide qui développe rapidement son offre intégrée de gaz et d'électricité", a souligné Dirk Dewals, de la société d'investissement Gimv, un des actionnaires sortants de Lampiris.

Présent dans l'Hexagone depuis 2011, le fournisseur alternatif s'était notamment fait connaître en remportant les opérations d'achat groupé de gaz de l'association de consommateurs UFC-Que Choisir, dans un marché énergétique de plus en plus concurrentiel.

Déjà propriétaire du fabricant américain de panneaux et de centrales solaires SunPower, Total avait annoncé début mai se lancer dans le stockage de l'électricité en rachetant pour 950 millions d'euros le spécialiste français des batteries Saft.

Plus largement, ces opérations s'inscrivent dans un contexte de faiblesse des prix du pétrole, qui poussent les majors pétrolières à réduire leurs investissements dans leurs activités traditionnelles d'exploration-production mais aussi à "se diversifier vers d'autres sources d'énergie", selon l'organisme de recherche français IFP Energies Nouvelles.

"Face à la pression de leurs actionnaires, de plus en plus inquiets sur les conséquences que peuvent avoir les politiques publiques en faveur de l'environnement sur l'activité de ces entreprises, les majors se sont réorganisées pour investir et rechercher de nouvelles sources de revenus dans les énergies décarbonées", explique-t-il dans une analyse publiée mardi.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lsleleu il y a 6 mois

    Nous vivons un monde formidable on passe son permis à la poste le marchand d'essence vend de l’électricité on va bientôt acheter son beurre et sa salade à la banque il faut dire que les supers marché prêtent du pognon, j'en passe et des meilleurs.