Le géant chinois Tencent investit dans la messagerie mobile du Canadien Kik

le
0
Le géant chinois Tencent investit dans la messagerie mobile du Canadien Kik
Le géant chinois Tencent investit dans la messagerie mobile du Canadien Kik

Le géant internet chinois Tencent a investi dans la société canadienne créatrice de l'application de messagerie mobile canadienne Kik, désormais valorisée à un milliard de dollars, a annoncé mardi cette dernière.Kik Interactive, basée dans l'Ontario, précise dans son communiqué que l'investissement "stratégique" de Tencent porte sur 50 millions de dollars. Il doit lui permettre de "doubler de taille" et de développer de nouveaux services.Le modèle de Kik, c'est la messagerie instantanée chinoise WeChat, qui appartient justement à Tencent. Le patron-fondateur de la société canadienne, Ted Livingston, affiche régulièrement son ambition de devenir "le WeChat occidental"."En Chine, les consommateurs utilisent WeChat non seulement pour être en contact avec leurs amis, mais aussi pour faciliter de nombreuses autres choses, comme des réservations de taxis, du shopping, des commandes de plats préparés, le paiement de factures, des jeux et suivre des célébrités, des leaders d'opinion ou des marques via des comptes officiels", détaille Kik mardi dans son communiqué.La société dit avoir "des aspirations similaires pour construire un écosystème basé sur la messagerie instantanée autour de sa forte position parmi la jeunesse américaine".Kik assure que 70% de ses 240 millions d'utilisateurs enregistrés dans le monde ont entre 13 et 24 ans et affirme être utilisé par environ 40% des adolescents aux Etats-Unis.Au-delà de l'expérience que Tencent a accumulé avec WeChat, Ted Livingston a expliqué mardi avoir choisi le groupe chinois comme investisseur en raison de ses importantes ressources, qui lui donnent "la patience" requise pour poursuivre sa vision à long terme pour Kik.La société Kik Interactive avait été fondée en 2009 et avait lancé l'année suivante son application de messagerie instantanée, qui fait notamment concurrence à des services comme WhatsApp (groupe ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant