Le gaz fait monter la pression entre Israël et l'Égypte 

le
0
Un deuxième attentat contre un gazoduc dans le Sinaï souligne la dépendance de l'État hébreu.

Un attentat à la bombe contre le terminal d'un gazoduc dans le Sinaï a privé mercredi Israël du gaz naturel égyptien utilisé pour produire 40 % de son électricité. Des coupures de courant ont toutefois pu être évitées. La compagnie d'électricité a puisé dans les réserves d'un champ gazier exploité en Méditerranée et a recouru au charbon ainsi qu'au mazout pour faire tourner les centrales. Mais cette alerte va pousser les Israéliens à accélérer leurs préparatifs pour desserrer leur dépendance vis-à-vis de l'Égypte de l'après-Moubarak.

Une première attaque non revendiquée contre le gazoduc avait été lancée le 5 février au beau milieu de la vague de contestation anti-Moubarak. La fourniture de gaz avait été suspendue pendant six semaines. Le terminal visé mercredi avait déjà été la cible d'un attentat raté, le mois dernier. Dans un premier temps, les responsables israéliens ont voulu éviter la moindre friction avec les militaires au pouvoir e

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant