Le garde des Sceaux «obsédé» par l'obtention de moyens supplémentaires

le , mis à jour à 19:32
0
Le garde des Sceaux «obsédé» par l'obtention de moyens supplémentaires
Le garde des Sceaux «obsédé» par l'obtention de moyens supplémentaires

Le garde des Sceaux veut plus de moyens pour son ministère. Au point d'en faire «une obsession» a confié Jean-Jacques Urvoas, ce lundi lors d'un déplacement lundi à Villeneuve-d'Ascq (Nord) dans un centre de réinsertion pour mineurs condamnés par la justice.

«La seule loi qui est ma priorité absolue, c'est la loi de finances 2017 que nous préparerons à partir de juillet», a affirmé le ministre, nommé fin janvier en remplacement de Christiane Taubira, lors d'un point de presse à l'issue de la visite. Début avril, il s'était inquiété  de voir la justice «à bout de souffle» en raison du manque de moyens. 

Sujet de la visite, les 75 unités éducatives d'hébergement collectif (UEHC) de France illustrent ce besoin d'investissement. Dans chacune d'elles sont hébergés pour quatre mois en moyenne une douzaine de mineurs ayant fait l'objet d'une condamnation. Ils y sont encadrés par des éducateurs qui les initient à l'agriculture, aux arts plastiques ou encore à la mécanique.

«Pas pour faire de l'épargne»

«J'adorerais annoncer des constructions, des rénovations, - ici j'ai vu des matériels qui mériteraient d'être renouvelés - mais à chaque fois ce sont des investissements conséquents», a regretté Jean-Jacques Urvoas. «Si je demande des moyens pour ce ministère, ce n'est pas pour faire de l'épargne, mais dépenser, et j'espère pouvoir obtenir à la hauteur de ce que je souhaite», a confié le garde des Sceaux, sans donner d'objectif chiffré.

«Depuis quatre ans, il y a eu des créations de postes pour recréer ceux massivement supprimés lors de la législature précédente, et maintenant j'agis pour que nous ayons les moyens de fonctionner», a expliqué Jean-Jacques Urvoas.

«Un gros problème d'entretien»

L'établissement de Villeneuve-d'Ascq a rouvert après rénovation en septembre, mais tous les établissements ne sont pas en aussi bon état : «Nous avons un gros problème d'entretien et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant