Le G20 s'engage à verser plus de 430 milliards de dollars au FMI

le
0
Le G20 s'engage à verser plus de 430 milliards de dollars au FMI
Le G20 s'engage à verser plus de 430 milliards de dollars au FMI

par Lesley Wroughton et Jan Strupczewski

WASHINGTON (Reuters) - Le Groupe des Vingt (G20) s'est engagé vendredi à accorder au Fonds monétaire international (FMI) plus de 430 milliards de dollars (325,3 milliards d'euros) de ressources supplémentaires, faisant ainsi plus que doubler sa capacité de prêt afin de mieux protéger l'économie mondiale de la crise européenne de la dette.

Le FMI estime que la crise de la dette de la zone euro représente le risque le plus aigu pour la croissance économique mondiale et les marchés financiers redoutent qu'après la Grèce, l'Irlande et le Portugal, ce soit au tour de l'Italie et de l'Espagne - troisième et quatrième économies de la région - de solliciter une aide internationale.

"Il y a des engagements fermes pour accroître les ressources mises à disposition du FMI de plus de 430 milliards de dollars", déclarent dans un communiqué les pays du G20.

Les ministres des Finances du G20 ont salué l'accord, tout comme la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, qui estime que ces nouvelles ressources donnent au FMI les moyens de lutter contre la crise.

"C'est extrêmement important, nécessaire, l'expression d'une détermination commune", a-t-elle déclaré.

En combinant les engagements de vendredi aux ressources existantes du FMI et aux prêts qu'il a déjà consentis, Christine Lagarde a évoqué une puissance de feu totale du Fonds de plus de 1.000 milliards de dollars.

Le FMI pourra utiliser ce "trésor de guerre" pour venir en aide à n'importe quel pays ou région qui le nécessiterait, mais ce sont bien les craintes liées à la crise en Europe qui ont accéléré le rehaussement de ses ressources.

Signe des inquiétudes persistantes des marchés financiers face à la crise des dettes souveraines européennes, le rendement des obligations d'Etat espagnoles à dix ans a dépassé 6% cette semaine et les investisseurs redoutent que les coûts d'emprunt de Madrid n'atteignent un niveau insoutenable.

DROIT DE REGARD DES PAYS ÉMERGENTS

"Les risques extrêmes pesant sur l'économie mondiale il y a encore quelques moins ont commencé à s'estomper", estime le G20 dans son communiqué.

"Cependant, les anticipations de croissance pour 2012 demeurent modérées, le désendettement entrave la croissance de la consommation et de l'investissement, la volatilité reste élevée, reflétant en partie les pressions des marchés financiers en Europe, et les risques baissiers persistent."

Le ministre brésilien des Finances Guido Mantega a déclaré après la réunion du G20 que les pays émergents des BRIC - Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud - avaient unanimement convenu de fournir des fonds supplémentaires au FMI, mais le montant consenti par chaque pas n'a pas été précisé.

En contrepartie, les pays émergents ont obtenu de leurs partenaires du G20 des garanties de voir leur rôle économique grandissant progressivement reconnu au sein du FMI par le biais d'un renforcement de leurs droits de vote (ou "quotas"). Le Brésil, en particulier, avait demandé un engagement en ce sens.

"Nous avons conditionné les fonds à l'achèvement de la réforme des quotas du FMI, afin que les pays émergents aient une représentation plus large - cela a été accepté", a déclaré le ministre brésilien des Finances Guido Mantega à l'issue de la réunion du G20.

Le principe de la réforme des droits de vote du FMI a été arrêté en 2010 en vue de réduire la prépondérance de l'Europe au sein du conseil d'administration du Fonds et d'y faire figurer la Chine en troisième position.

La ministre danoise de l'Economie, Margrethe Vestager, dont le pays assure actuellement la présidence de l'Union européenne, a déclaré que l'UE réduirait cet automne de huit à six le nombre de ses représentants au conseil d'administration du FMI, comme prévu.

Le communiqué du G20 réaffirme que les pays membres se redistribueront le pouvoir au sein du FMI d'ici au mois d'octobre et qu'ils se conformeront à leur objectif d'une réforme des droits de vote l'an prochain.

Natalie Huet pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant