Le G20 promet la transparence sur les taux sans désigner la Fed

le
0

ANKARA, 4 septembre (Reuters) - Les ministres des Finances et les banquiers centraux du G20 réunis à Ankara s'engageront à la prudence dans la définition de leur politique monétaire et)à la transparence dans leur communication mais ne comptent pas explicitement évoquer la hausse attendue des taux de la Réserve fédérale américaine, selon un projet de communiqué dont Reuters a eu connaissance vendredi. De nombreux pays émergents craignent que le resserrement imminent de la politique monétaire de la banque centrale américaine déclenche des mouvements de fuite des capitaux; le désengagement des investisseurs au profit d'actifs libellés en dollars entraînerait alors une dépréciation de leur propre monnaie. Les représentants des pays émergents souhaitaient donc que le communiqué établi lors de la réunion du G20 dans la capitale turque indique qu'en ce moment, une hausse des taux de la Fed représenterait un risque pour la croissance. Mais cette formulation ne figure pas dans le projet de communiqué. "Nous notons qu'avec l'amélioration des perspectives économiques, la probabilité d'un resserrement de la politique monétaire augmente dans certaines économies avancées", peut-on lire dans ce document. "Nous définirons (notre politique) avec précaution et communiquerons clairement sur nos actions afin de limiter les effets indésirables, d'atténuer les incertitudes et de promouvoir la transparence", indique ce texte, encore susceptible d'être remanié avant son adoption définitive samedi. Le projet de communiqué salue le renforcement de l'activité dans certaines économies, tout en relevant que la croissance mondiale s'avère inférieure aux attentes. S'il ne cite pas explicitement la Fed, le texte évoque indirectement la dépréciation du yuan le mois dernier par la Chine, signe que cette mesure n'a pas été perçue comme une dévaluation compétitive destinée à soutenir les exportations chinoises. ID:nL5N10M1SK "Nous réaffirmons notre engagement à aller vers des systèmes de change davantage déterminés par le marché et une flexibilité des taux de change reflétant les caractéristiques intrinsèques (de nos économies) et à éviter les déséquilibres persistants des taux de change. Nous nous abstiendrons d'effectuer des dévaluations compétitives et écarterons toute forme de protectionnisme", peut-on lire dans l'ébauche de communiqué. (Jan Strupczewski; Myriam Rivet pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant