Le G20 lève à son tour le pied sur la rigueur

le
0
La récession dans les pays avancés, plus que la « guerre des monnaies », était au centre des préoccupations des ministres des Finances des vingt pays les plus riches réunis à Moscou jusqu'à samedi.

Le spectaculaire bombardement de météorites qui a fait des centaines de blessés en Sibérie vendredi matin éclipsait largement sur les chaînes de télévision russe la «guerre des monnaies» agitant la réunion des ministres des Finances du G20 à Moscou. Vendredi, au Manège, sous les murailles du Kremlin, pour Mario Draghi, le gouverneur de la Banque centrale européenne (BCE), Angel Gurria, le secrétaire général de l'OCDE, ou encore Christine Lagarde, la patronne du FMI, le mot d'ordre était de mettre un terme au débat sur les taux de change. Une préoccupation déclenchée ces dernières semaines par la politique monétaire du Japon qui a affaibli le yen et alimentée notamment par les propos de François Hollande la semaine dernière sur l'euro trop fort.

La «guerre des ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant