Le G20 cherche un compromis sur la régulation bancaire-source

le
0

ANKARA, 4 septembre (Reuters) - Le Conseil de stabilité financière (CSF) du G20 a proposé un plan en deux étapes pour permettre aux banques de lever les fonds propres nécessaires pour se conformer à la nouvelle règle internationale visant à épargner aux contribuables le prix du renflouement d'établissements en difficulté, a-t-on appris vendredi de source du G20. Le CSF cherche à rapprocher les positions européennes et américaines, les positions divergentes sur ce dossier ayant jusqu'à présent empêché un accord définitif. La règle dite "TLAC", pour Total Loss Absorption Capacity, doit s'appliquer à partir de 2019 aux 30 principales banques du monde. Le président du CSF, Mark Carney, également gouverneur de la Banque d'Angleterre, présente ce projet comme le dernier volet du nouvel ensemble réglementaire censé éviter une répétition de la crise financière de 2007-2009. Les propositions du CSF consisteraient à instaurer en deux étapes à partir de 2019 le TLAC, de la dette susceptible d'être convertie en capital en cas de besoin. Le TLAC serait fixé à 16% des actifs pondérés des risques dans un premier temps, puis à 20% à partir de 2022, a expliqué la source. Les Etats-Unis ont plaidé pour un taux de 20% dès le départ alors que certains en Europe souhaitaient le limiter à 16%. Une autre source du G20 a déclaré que l'option d'un seul taux, qui serait donc définitif dès 2019, était toujours sur la table. Une décision définitive doit être adoptée lors du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement du groupe en novembre. (Gernot Heller, avec Huw Jones à Londres; Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant