Le FSI va investir 115 millions d'euros dans l'armateur CMA-CGM

le
0

PARIS (Reuters) - Le Fonds stratégique d'investissement (FSI) a annoncé mardi son intention d'investir 150 millions de dollars (115 millions d'euros) dans l'armateur marseillais CMA-CGM qui s'efforce de redresser ses comptes après une perte en 2011 sur fond de ralentissement de l'économie mondiale et de hausse des prix du pétrole.

Confronté à de grandes difficultés au début de la crise financière, CMA-CGM s'était déjà retrouvé en 2009 dans une situation lourdement déficitaire avant de parvenir l'année suivante à redresser la barre grâce à une embellie de la conjoncture dans le transport maritime mondial.

A cette époque, la famille Saadé, propriétaire de CMA-CGM, avait entamé des premières discussions avec le FSI en vue d'une entrée de ce dernier au capital de l'armateur marseillais. Mais les deux parties n'étaient pas parvenues à trouver un terrain d'entente, notamment sur des questions de gouvernance.

"Ce qu'on note ces derniers trimestres, c'est un redressement de l'activité et des performances économiques de l'entreprise, donc à la fois une remontée des taux de fret et des taux de remplissage", souligne Thomas Devedjian, membre du comité exécutif du FSI, à propos de la situation de CMA-CGM.

"Aujourd'hui, l'entreprise est rentable et profitable. Son exploitation est nettement positive. L'entreprise s'en sort très bien opérationnellement", a assuré le dirigeant du FSI lors d'un entretien téléphonique avec Reuters.

Le fonds, détenu à 51% par la Caisse des dépôts et à 49% par l'Etat français, espère notamment, à travers cet investissement, contribuer à maintenir l'activité dans le port de Marseille.

Selon les termes de l'accord, le FSI aura à terme la possibilité d'entrer au capital de CMA-CGM à hauteur de 6%, via les obligations remboursables en actions qu'il aura souscrites auprès de l'armateur.

"Le jour où elles seront remboursées, ces obligations nous donneront droit à 6% du capital. Leur échéance est au plus tard 2020", explique Thomas Devedjian.

"Notre objectif, en accord avec l'entreprise, est de les accompagner vers une introduction en Bourse", poursuit-il.

Le FSI, détenu à 51% par la Caisse des dépôts (CDC) et à 49% par l'Etat français, explique qu'il disposera désormais d'un administrateur et d'un censeur au sein du conseil d'administration de CMA-CGM.

"Nous aurons un certain nombre de droits de co-décision sur les grandes décisions de l'entreprise", explique Thomas Devedjian.

"C'est tout de suite que nous avons droit à un siège au conseil d'administration, avec un poste de censeur", ajoute le dirigeant du FSI.

CMA-CGM a également fait aussi que le groupe turc Yildirim, déjà détenteur de 20% de son capital, s'était engagé à investir 100 millions de dollars supplémentaires (environ 76,65 millions d'euros) via des ORA, une opération lui permettant de porter, à terme, sa participation à 24%.

Matthieu Protard, édité par Pascale Denis

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant