Le FSI trouve son rythme de croisière 

le
0
Le fonds, créé fin 2008, a bouclé une année 2010 active avec 21 investissements en direct. L'équipe dirigeante espère l'ancrer définitivement dans le paysage économique français.

La présentation, ce mercredi matin, des résultats 2010 du Fonds stratégique d'investissement (FSI) donnait le sentiment d'un exercice de routine. Augmentation des fonds propres de 1,3 milliard d'euros, bénéfice net - porté par les dividendes des participations - à 646 millions d'euros, discours bien huilé sur la philosophie d'investissement qui veut concilier rentabilité et service de l'intérêt public. «Notre but à tous est de sublimer cet oxymore», a même lancé, lyrique, le directeur général de la Caisse des dépôts (CDC) et président du FSI, Augustin de Romanet.

Patriotisme économique

Cette apparente sérénité n'était pas acquise pour la jeune institution. Effectivement créé en décembre 2008, au c½ur de la crise, le FSI a suscité d'emblée de multiples réserves. L'ambition présidentielle de doter la France d'un fonds souverain dédié à la défense de ses entreprises en difficulté, alors que le pays ne dispose d'aucune ressource particuliü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant