Le "front républicain" en débat après Villeneuve-sur-Lot

le
5
LE "FRONT RÉPUBLICAIN" EN DÉBAT APRÈS VILLENEUVE-SUR-LOT
LE "FRONT RÉPUBLICAIN" EN DÉBAT APRÈS VILLENEUVE-SUR-LOT

PARIS (Reuters) - La stratégie du "front républicain" censée faire barrage au Front national faisait l'objet d'un débat lundi en France au lendemain de l'élection législative partielle de Villeneuve-sur-Lot remportée par l'UMP et marquée par un score élevé du FN.

Le candidat UMP Jean-Louis Costes a recueilli dimanche 53,76% des voix face au candidat frontiste Etienne Bousquet-Cassagne (46,24%) dans le fief du député socialiste sortant, l'ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac, contraint de démissionner après avoir admis détenir un compte bancaire occulte à l'étranger.

Après l'élimination au premier tour du candidat socialiste, le premier secrétaire du PS, Harlem Désir, avait appelé les électeurs à faire "barrage au candidat du Front national", un discours repris par François Hollande et Jean-Marc Ayrault.

Le candidat du FN a recueilli dimanche plus de 7.000 voix supplémentaires par rapport au premier tour.

"C'est un échec du 'front républicain', ça ne fonctionne plus", a estimé Louis Alliot, vice-président du FN, sur LCI. "Je rappelle qu'en 2002, le 'front républicain' avait permis à M. Chirac d'être élu avec 80%, et 20% pour Jean-Marie Le Pen. Aujourd'hui, les 'fronts républicains' donnent 51, 52, mais pas beaucoup plus."

Pour Florian Philippot, également vice-président du FN, le 'front républicain' est avant tout "une combine entre des partis qui font semblant 364 jours sur 365 de s'opposer et qui en réalité au moment crucial de l'élection sont ensemble", a-t-il dit sur Europe 1.

Le bras droit de Marine Le Pen a qualifié le score d'Etienne Bousquet-Cassagne de "bel exploit" laissant présager selon lui de nouvelles victoires lors des élections municipales et européennes de 2014.

"Si on fait 46 dans cette circonscription, à l'heure actuelle, si on refaisait les élections législatives, si François Hollande avait la bonne idée de dissoudre l'Assemblée nationale, on aurait sans changement de mode de scrutin au moins une quarantaine de députés", a-t-il assuré.

SENS RÉPUBLICAIN

A l'UMP, où la stratégie du "ni front républicain ni FN" arrêtée par Nicolas Sarkozy et Jean-François Copé divise depuis les cantonales de 2011, plusieurs responsables ont dénoncé un report du vote socialiste sur le Front national pour justifier le bon score du parti de Marine Le Pen.

"Il est clair qu'il y a eu un report très important du vote socialiste sur le Front national", a estimé l'ancien ministre et sénateur UMP de la Vienne Jean-Pierre Raffarin sur RTL.

Le candidat du FN "a bénéficié des électeurs FN traditionnels et puis des électeurs de gauche pour faire barrage à l'UMP, le seul opposant crédible à François Hollande", a renchéri le chef de file des députés UMP Christian Jacob sur France Info.

Sur Europe 1, le président de l'UMP Jean-François Copé a fustigé le concept de 'front républicain', estimant que cette notion n'avait pas "de réalité".

"Je n'ai jamais cru (au front républicain), ce qui me paraît très important maintenant, c'est que les électeurs comprennent bien les différences qui existent entre les différents partis, le PS et l'UMP, ce n'est pas pareil", a-t-il dit.

"Et quant au FN, ce n'est pas la même chose que l'UMP. La meilleure preuve, c'est que nous avons toujours été clairs et nous le serons toujours sur le refus d'alliances électorales avec le Front national."

A gauche, où l'élection de dimanche signe la huitième défaite du PS lors de législatives partielles depuis juin 2012, Bruno Le Roux et Marisol Touraine ont démenti tout report du vote socialiste.

"Aucun électeur de gauche n'a voté pour le Front national", a dit le chef de file des députés PS sur i>Télé. "Les électeurs de gauche du premier tour sont restés pour une partie chez eux, ont voté pour une partie pour M. Coste et n'ont pas voté pour le FN."

La ministre des Affaires sociales a pour sa part salué la ligne tenue par le Parti socialiste, dénuée selon elle de toute ambiguïté.

"Je me réjouis que le sens républicain l'ait emporté, c'est d'autant plus à remarquer que du côté de la droite, ce n'est pas toujours le cas. Les discours ambigus sur la nécessité de ne pas voter pour le Front national ont été fréquents", a dit Marisol Touraine sur Canal+.

Marine Pennetier, édité par Sophie Louet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4369955 le lundi 24 juin 2013 à 12:28

    C'est quoi le "front républicain" ? vendre la souveraineté de la France aux libéraux européens et mondiaux ? tranférer le pouvoir qui appartenanit au peuple en France a une Europe de technocrates non élus et antidémocratiques ? abandonner sa monnaie et donc toute possibilité de lutter contre le chômage ? ouvrir les frontières à tout va ? Dans ce cas bien que non FN je pense que les vrais républicains sont ailleurs et il n'y en a pas qu'au FN loin de là : Dupont Aignant et Chevenement par ex

  • wanda6 le lundi 24 juin 2013 à 12:12

    Et les PS ont voté UMP. Voter UMP ou PS , passer les années suivantes à râler, encore et encore, et subir l'alternant des copains. On peut argumenter, mais regardons les résultats, historiquement. Passé le "bel esprit républicain", il n'y a plus rien. Terre en friche. Ce serait sain de changer de cap et d'essayer autre chose, tester des gens qui n'ont pas encore été au pouvoir .

  • wanda6 le lundi 24 juin 2013 à 11:59

    UMP, PS plus aucune différence; même discours, même comportement, mêmes arguments. On nous parle de "démocratie en danger" et de front républicain". ON hallucine là! En quoi la démocratie serait elle en danger et en quoi le FN serait il moins républicain que l'UMP et PS ? !!!! UMP...S, c'est bien une réalité!!

  • M8444634 le lundi 24 juin 2013 à 11:55

    Ce que c'est que la langue de bois ! Oser dire qu'aucun électeur de gauche n'a voté FN, il faut le faire. Entre un jeune homme de 23 ans, vierge de toute corruption, et les Cahuzac et cie, l'électeur de gauche a choisi le bol d'air frais !

  • M4369955 le lundi 24 juin 2013 à 11:48

    La plupart de la droite et la plupart de la gauche sont pour le libéralisme, contre le protectionnisme, contre les frontières, pour l'Europe et les journalistes feignent de s'étonner que le FN monte et qu'il n'y a plus de front républicain ... il est grand temps messieurs les journalistes de laisser aussi la parole a des gens de droite comme de gauche qui sont antilibéraux et contre l'Europe pas seulement à Marine : Chevenement, Dupont-aignant et d'autres ...