Le Front national garde l'exclusivité de son nom

le
0
La Cour d'appel de Liège a interdit à la mouvance d'extrême droite de Belgique de conserver le nom de «Front national». Une décision qui fait suite à une plainte de la présidente du FN français, Marine Le Pen.

Il n'y a qu'un Front national. Jeudi, la justice belge a interdit à la mouvance d'extrême droite du Plat Pays de se nommer «Front national», de se revendiquer du FN français et d'utiliser son sigle. En cas d'infraction à ces règles, il devra s'acquitter d'une somme 10.000 euros par jour. Le jugement, rendu par la Cour d'appel de Liège, est définitif.

Cette décision fait suite à une plainte déposée en janvier par Marine Le Pen, qui avait souhaité mettre un terme aux relations entre son parti politique et son homologue de Belgique. La présidente du FN lui reprochait d'utiliser son image à des fins électorales, et affirmait que cette assimilation risquait de lui nuire.

Est visé, notamment, le «FN réunifié», qui a réuni des militants autour d'un ancien député, Charles Pire, décédé en janvier. Cet homme politique avait signé, dans les années 1980, une convention avec le Front national (français), «afin de développer le parti en Belgique».

«Réputation sulfure...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant