Le Front national frappe dans les entrailles de la France

le
0
Le FN progresse dans des territoires reculés, et même où on ne l'attendait pas.
Le FN progresse dans des territoires reculés, et même où on ne l'attendait pas.

Le Front national n'a pas réussi son pari : il n'est pas le premier parti de France. Mais il a atteint un objectif : son enracinement local. En faisant feu de tout bois pour présenter le maximum de candidats (7 650), le parti attrape-tout de Marine Le Pen réussit des percées inattendues au coeur de la France profonde.

Dans certains endroits - les départements de l'Est, le Sud-Est y compris Languedoc-Roussillon -, il confirme son ancrage. Ailleurs, certaines surprises sont à relever, qui démontrent la progression inquiétante d'un lepénisme rural et même montagnard. Le FN arrive ainsi en tête dans des départements comme l'Yonne, le Loir-et-Cher, l'Ardèche, la Nièvre de François Mitterrand et même... la Sarthe de François Fillon et Stéphane Le Foll - l'historien Paul Bois, dont le fameux livre Paysans de l'Ouest a été décortiqué par des générations d'étudiants en sciences politiques, doit se retourner dans sa tombe...

Bastions

Le FN arrache aussi des bastions conservateurs comme la Haute-Savoie ou le Rhône, départent vidé en grande partie de sa substance par la fusion territoriale avec Le Grand Lyon. La France de l'Ouest, pourtant historiquement rétive à l'extrême droite, n'est pas épargnée. Certes, les formations classiques restent sur le front atlantique en position dominante - fait électoral notable : la vague rose dans les Pyrénées-Atlantiques.

Mais qui eût cru il y a encore peu que le FN percerait en Vendée (ou il fut longtemps...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant