Le Front de gauche en soutien des salariés de Sodimédical

le
0

PARIS (Reuters) - Le Front de gauche a apporté jeudi son soutien aux salariés de l'usine Sodimédical (Aube), en lutte contre la délocalisation de leurs emplois et privés de salaire depuis octobre 2011 malgré plusieurs décisions de justice en leur faveur.

Le Parti communiste français a ainsi parrainé jeudi 10 salariés de l'usine de Plancy-l'Abbaye spécialisée dans la fabrication de pièces pour les blocs opératoires et qui emploie 54 personnes, essentiellement des femmes.

L'ancien candidat du Front de gauche à la présidentielle et président du Parti de gauche Jean-Luc Mélenchon s'est également rendu dans l'usine jeudi après-midi, où il devait rencontrer les salariés et leur avocat.

Depuis l'annonce de la fermeture de l'usine en avril 2010, les employés de Sodimédical ont mené des dizaines de procédures judiciaires contre le groupe Lohmann & Rauscher pour tenter de conserver leurs emplois, délocalisés principalement en Chine.

La justice a annulé les licenciements et condamné le groupe à redonner travail et salaires aux employés, mais ceux-ci n'ont à ce jour rien perçu.

Dix salariés se sont chacun vu remettre jeudi un chèque de 1.000 euros de la part de membres du PCF, accompagné d'un message de leurs parrains respectifs. Les communistes pourront renouveler ces parrainages tous les mois pendant trois mois, précise-t-on au PCF. D'ici là, les employés de l'usine espèrent qu'ils auront obtenu gain de cause.

"C'est un parrainage de solidarité, mais aussi un parrainage de lutte", a dit à Reuters Eric Corbeaux, responsable national aux luttes sociales pour le PCF.

"Ça va mettre un peu de beurre dans les épinards. Maintenant, on attend des actes concrets du gouvernement pour pouvoir intervenir", a-t-il ajouté, indiquant que les 54 salariés ont été invités à participer à la fête de L'Humanité, traditionnel rendez-vous de rentrée du PCF.

Le ministre du Travail Michel Sapin a nommé fin juin un médiateur sur le dossier Sodimédical, "pour tenter de sortir d'une situation de blocage social et judiciaire", peut-on lire sur le site du ministère du Travail.

Chine Labbé, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant