Le Front al Nosra retire ses combattants du nord de la Syrie

le
0

BEYROUTH, 10 août (Reuters) - Le Front al Nosra, groupe rebelle syrien affilié à Al Qaïda, s'est retiré des lignes de front où il s'opposait aux djihadistes de l'Etat islamique (EI) dans le nord de la Syrie. La Turquie et les Etats-Unis ont annoncé leur intention de créer dans ce secteur situé au nord-est d'Alep une "zone de sécurité" libérée de la présence des djihadistes de l'Etat islamique. Dans un communiqué daté de dimanche, le Front al Nosra, qui opérait dans cette zone frontalière de la Turquie, dénonce ce projet dont l'objectif, dit-il, est de servir la "sécurité nationale de la Turquie" et non de renverser le président syrien Bachar al Assad. "Dans ce contexte, notre seule option est de nous retirer et de laisser aux autres factions combattant dans ces secteurs nos positions sur les lignes de front (contre l'Etat islamique) dans les campagnes au nord d'Alep", poursuit le Front al Nosra. Les affrontements entre groupes rivaux de la rébellion contre Bachar al Assad se sont poursuivis dimanche, avec un attentat suicide commis par un combattant de l'Etat islamique (EI) qui a fait au moins 37 morts dans les rangs d'un groupe rival, selon l'Observatoire des droits de l'homme (OSDH). D'après l'OSDH, les combattants de l'EI en Syrie cherchent à resserrer l'étau autour de Marea, à 35 km environ au nord d'Alep. Distante d'une vingtaine de kilomètres de la frontière turque, cette ville se trouve aussi à l'entrée du secteur où Ankara et Washington tentent de créer leur "zone de sécurité". Le Front al Nosra a annoncé le mois dernier avoir capturé dans ce secteur des rebelles formés et équipés par les Etats-Unis. (Tom Perry et John Davison; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant