Le Front al Nosra ne voit pas d'accord avec l'EI en Syrie

le , mis à jour à 23:14
0

(Actualisé avec contexte § 3-4-8-9) BEYROUTH, 3 juin (Reuters) - Le chef du Front Al Nosra, la branche syrienne d'Al Qaïda, déclare dans un entretien diffusé mercredi par la chaîne Al Djazira qu'il ne voit pas de solution rapide au conflit qui l'oppose à l'organisation Etat islamique en Syrie. "Il n'y a pas de solution entre eux et nous, aujourd'hui ou dans un avenir prévisible", dit Abou Mohamed al Golani. "Nous espérons qu'ils se repentiront devant Allah et qu'ils reviendront à la raison. Sinon, il n'y aura rien d'autre que des combats entre nous", poursuit-il. Le Front al Nosra, qui a réaffirmé son allégeance à Al Qaïda et à son chef Aïmane al Zaouahiri, et l'organisation Etat islamique, également active en Irak, sont les deux principales forces luttant contre l'armée régulière en Syrie. Depuis 2013, et une scission imputable en grande partie à un conflit de pouvoir, ces deux groupes islamistes se combattent également. L'interview diffusée par Al Djazira est la deuxième partie d'un entretien accordé par Golani. Dans la première partie, diffusée la semaine dernière par la chaîne de télévision panarabe basée au Qatar, le chef du Front al Nosra affirmait notamment que la prise de Damas était la priorité et que la chute de Bachar al Assad était proche. "Nous allons continuer à concentrer notre attention sur Damas et sur le renversement du régime", déclarait Golani, dont le Front al Nosra est le noyau du "Jaish al Fatah", ou "Armée de la conquête". (voir ID:nL5N0YI525 ) Cette alliance formée avec d'autres groupes armés, dont le Ahrar al-Sham, et soutenue par l'Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie, a multiplié les victoires militaires ces dernières semaines dans le nord-ouest de la Syrie. Dans cette seconde partie de l'interview accordée à Al Djazira, Golani indique que son groupe compte 30% environ de combattants étrangers dont "un petit nombre" d'Américains. Il évoque également des Européens et de nombreux Asiatiques, Russes et Tchétchènes. L'interview diffusée en deux temps de Golani s'apparente à une campagne du Front al Nosra visant à se présenter auprès des publics arabes comme un mouvement national syrien et à se différencier de l'Etat islamique. (Mariam Karouny et Sylvia Westall; Tangi Salaün et Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant