Le froid et la faim s'abattent sur la Syrie rebelle

le
0
Entre pénurie de carburant et manque de nourriture, la situation humanitaire ne cesse de s'aggraver.

Correspondante au Caire

À Kafranbel, il n'y a plus d'écoles - elles servent d'abris aux milliers de Syriens des villages alentours qui fuient les bombardements du régime. D'ailleurs, il n'y a même plus de bancs ni de pupitres pour étudier. «On s'est mis à les brûler pour survivre au froid de l'hiver», raconte Raed Fares, un activiste, par le biais d'une connexion Skype aussi fébrile que sa voix. Près de deux ans après le début de l'insurrection contre Bachar el-Assad, sa ville est au bord de l'agonie. «Nous manquons de tout: d'essence, de lait en poudre pour les enfants, de pain», dit-il.

Vendu au marché noir, et en quantités limitées, le fioul est inabordable pour la plupart des familles: en l'espace de quelques mois, il est passé de 0,6 dollar à plus de 3 dollars le litre. «Alors, pour pouvoir se réchauffer, les gens en sont réduits à cou...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant