Le Frenchie qui a conquis l'Amérique !

le
0
Le Frenchie qui a conquis l'Amérique !
Le Frenchie qui a conquis l'Amérique !

Pour Simon Pagenaud, le rêve américain est devenu réalité : ce Poitevin de 32 ans vient de remporter le championnat IndyCar, la compétition de monoplaces la plus relevée aux Etats-Unis ! Nullement obnubilé par la Formule 1, Simon Pagenaud a très vite emprunté un itinéraire bis. En s'installant en 2006 à Indianapolis, la capitale du sport automobile américain, il a commencé une nouvelle vie. Pour espérer briller sur ce nouveau continent, il a dû s'initier au pilotage sur speedway, ces circuits ovales typiquement US où les vitesses frôlent parfois les 400 km/h.

 

« A l'origine, je pensais que je serais mieux sur les circuits urbains que sur les ovales, explique-t-il. En fait, mes performances sont quasiment au même niveau, voire supérieures sur les ovales. En plus, je trouve qu'il se passe plus de choses sur ce type de pistes ! »

 

Le garçon apprend vite : sacré champion de Formule Atlantic dès sa première saison outre-Atlantique, il se fait une place de premier ordre sur la scène américaine, que ce soit en endurance (Champion American Le Mans Series 2010) ou en monoplace. Dans ces deux disciplines, sa pointe de vitesse, son professionnalisme et ses qualités humaines sont rapidement appréciés.

 

Auteur de très belles performances en IndyCar — la formule reine aux Etats-Unis —, ce Français qui monte est recruté en 2015 par la très prestigieuse équipe Penske (seize fois victorieuse des mythiques 500 Miles d'Indianapolis !). Après une année de rodage (11e place au général), il a trouvé son rythme. La preuve ? Il a cavalé en tête du classement général pendant quasiment toute la saison ! « Je me suis senti par moments invincible », a-t-il reconnu.

 

Abordant la finale du Championnat avec une confortable avance, Simon Pagenaud n'a pas fait les choses à moitié. Auteur de la pole position, il signe avec autorité sa cinquième victoire de la saison, à Sonoma (Californie) : ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant