Le Frenchie par qui le scandale Melania Trump arrive

le
3
Les clichés scandaleux du photographe français Alé de Basseville, publiés les 31 juillet et 1er août 2016 par le « New York Post ».
Les clichés scandaleux du photographe français Alé de Basseville, publiés les 31 juillet et 1er août 2016 par le « New York Post ».

Rencontre avec Alé de Basseville, qui a vendu au « New York Post » d’anciens clichés nus de la femme du candidat républicain à la Maison Blanche.

On ne pouvait pas le rater, ce 2 août, pic du creux de l’été, à cette terrasse parisienne peuplée de touristes. Bague à chaque doigt, cuissardes en cuir et catogan délavé, le photographe qui venait peut-être de faire basculer la campagne présidentielle américaine était attablé là, au cœur du 6e arrondissement de Paris. Exceptionnellement dépourvu de kilt (le mois d’août, sans doute), Jarl Alexandre Alé de Basseville (dit Alé de Basseville) venait d’atterrir d’Albanie, où il réalisait un shooting photo pour un magazine des Balkans. Et d’atterrir tout court : la veille et le jour précédent, la publication de ses photos avait provoqué un séisme politico-people international. Pendant quarante-huit heures, son téléphone n’a cessé de sonner. SMS, appels, e-mails disaient : « Bravo », « Merci », « Félicitations », « Formidable »…

Les photos de Melania Trump nue, publiées deux jours d’affilée dans le New York Post, c’est lui. Les sous-titres ironiquement ravageurs jouaient leur rôle de cerise sur le gâteau : « Donald Trump pense qu’elle fera une très bonne première dame : voilà des raisons de le croire » ; ou encore : « Une potentielle future première dame comme vous ne l’avez jamais vue. »

Passés entre les filets du « vetting » « Ça fait un an que l’idée de les publier tournait dans les magazines », confie-t-il. Mais en juillet, le New York Post a emporté la mise. Alé de Basseville jure qu’il n’a pas été payé plus que le minimum syndical, mais pour un « coup » pareil, difficile ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jpc50 il y a 4 mois

    Trump ou pas, pas de quoi être fier d'être français, ça c'est sûr!

  • jpc50 il y a 4 mois

    La censure boursorama n'aime pas les faits et pourtant un chat est un chat. Comment obtient-on les droits de telles photos Mr le censeur ? En exploitant quelle misère humaine ? Beau spécimen que vous protégez là, sa "réputation" est plus importante que celle de ces pauvres filles à n"en pas douter. Admirable mentalité que la vôtre décidément, félicitations!

  • frk987 il y a 4 mois

    C'est plus beau que la mère Clinton dans la même tenue !!!!