Le français Criteo va faire ses premiers pas au Nasdaq

le
0
Le français Criteo va faire ses premiers pas au Nasdaq
Le français Criteo va faire ses premiers pas au Nasdaq

Criteo, la start-up française spécialiste du ciblage publicitaire sur internet, fait mercredi ses premiers pas au Nasdaq de New York sous les meilleurs auspices, après avoir relevé à deux reprises son prix de lancement."CRTO": c'est sous ce symbole que la société va introduire sur la Bourse électronique américaine 8,083 millions d'actions au prix de 31 euros, ce qui pourrait lui permettre de lever jusqu'à 288 millions de dollars (environ 209 millions d'euros).S'y ajoute une surallocation de 1,21 million d'actions supplémentaires, disponibles pendant les 30 prochains jours, selon le communiqué publié mardi.Le prix de lancement, initialement fixé dans une fourchette de 23 à 26 dollars, n'a cessé de grimper ces derniers jours, Criteo l'ayant ajusté à 29 dollars lundi, puis 31 dollars à quelques heures de son entrée en Bourse, preuve de l'appétit des investisseurs pour cette pépite technologique.Fondée en 2005, la société a lancé en septembre dernier la procédure pour se faire coter sur la Bourse électronique Nasdaq. Elle avait alors indiqué vouloir lever jusqu'à 190 millions de dollars.En janvier, le dernier de ses quatre tours de table lui avait permis de lever 30 millions d'euros auprès d'un groupe d'investisseurs menés par le japonais SoftBank.Si le siège social de Criteo reste installé à Paris, son co-fondateur et patron Jean-Baptiste Rudelle avait décidé dès 2008 de s'installer en Californie, Mecque des nouvelles technologies, pour mieux s'adresser au marché américain et mondial. Le cabinet Deloitte l'a classée l'an dernier comme l'entreprise technologique ayant connu le plus fort taux de croissance en Europe en cinq ans - soit +202.100%.Criteo est aujourd'hui présente dans 37 pays et compte 15 bureaux à travers le monde. Grâce à ses algorithmes de prédiction, la plateforme achète et revend en quelques millisecondes aux annonceurs des emplacements publicitaires sur internet.Des bannières publicitaires ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant