Le franc de retour pour Noël à Tours

le
0
Une centaine de commerçants de la ville vont accepter les paiements en francs, afin d'aider les habitants à se débarrasser de leurs vieux billets avant la date butoir du 17 février 2012.

Les commerçants de Tours l'appellent «l'opération ultime». Du 1er décembre au 15 janvier, une centaine d'entre eux participeront à l'initiative «Échange des derniers francs», durant laquelle ils vont accepter les paiements en francs. La monnaie sera rendue aux clients en euro. L'idée a germé dans l'esprit de Jean-Jacques Hébras, président de l'Union commerciale et artisanale de Tours (UCAT), il y a maintenant deux ans. «C'était alors difficile de mettre ce projet en place car tout le monde ne voulait pas jouer le jeu», raconte ce dernier. «Les grands magasins, par exemple, invoquaient des problèmes logistiques d'organisation des caisses et de codes barres sur les produits affichant les prix en euros.»

Affichette signalant l'opération menée à Tours.
Affichette signalant l'opération menée à Tours.

Alors qu'il ne reste plus que trois mois aux Français pour échanger leurs billets en francs, Jean-Jacques Hébras est revenu à la charge. Il a relancé son idée auprès des quelque 450 adhérents que compte l'UCAT. Cette fois, il a fait mouche. Une centaine de petits et moyens commerces se sont engagés à participer à cette opération. Il faut dire que le contexte a changé pour la ville de Tours, dont le centre-ville est bouleversé par les travaux du tramway depuis le début de l'année. «Cet évènement nous permettra sans doute de faire revenir les Tourangeaux qui ont déserté le coeur de ville ces derniers temps», assure le représentant des commerçants.

Le potentiel de l'opération n'est pas négligeable. «Il reste en Indre-et-Loire l'équivalent de 600.000 euros en francs.» Jean-Jacques Hébras espère que son projet remportera le même succès que l'opération similaire menée depuis deux ans par la commune du Blanc, dans l'Indre. Une trentaine de commerçants ont réussi à récolter près de 2 millions de francs (environ 305.000 euros). Le franc coexiste ainsi avec la monnaie unique européenne dans d'autres villes comme Thiers, dans le Puy-de-Dôme. «La Banque de France a donné son aval à notre opération et a paru ravie que l'on prenne le relais», déclare Jean-Jacques Hébras.

3,9 milliards de francs en circulation en France

L'institution a justement rappelé aux Français, la semaine dernière, que la date butoir était fixée au 17 février 2012 pour l'échange des derniers billets. Les coupures concernées sont celles de 20 francs à l'effigie de Debussy, soit l'équivalent de 3,05 euros, les «Saint-Exupéry» de 50 francs (7,62 euros), les «Cézanne» de 100 francs (15,24 euros), les «Gustave Eiffel» de 200 francs (30,49 euros) et les «Pierre et Marie Curie» de 500 francs (76,22 euros). Les autres billets et les pièces ne sont déjà plus échangeables. Selon le dernier rapport annuel de la Banque de France, les billets en francs encore en circulation représentaient un trésor de 602 millions d'euros à la fin 2010, soit 3,9 milliards de francs.

«La Banque de France n'est pas partie prenante dans les opérations comme celle menée à Tours», souligne-t-on au sein de la banque centrale. «Elles se font aux risques et périls des commerçants qui peuvent se retrouver avec un stock de faux billets ou de coupures appartenant à une gamme qui n'est plus échangeable», avertit l'institution. Une prudence que l'Union commerciale et artisanale de Tours partage. «Nous mettrons à disposition de nos commerçants un affichage complet et une plaquette qui leur permettra de connaître la valeur des échanges et d'authentifier les billets», assure-t-elle.

LIRE AUSSI :

» Les Français possèdent encore 3,9 milliards de francs

» Des monnaies locales défient l'euro et le dollar

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant