Le fournisseur de wifi Gowex reconnaît avoir falsifié ses comptes

le
0
Le fournisseur de wifi Gowex reconnaît avoir falsifié ses comptes
Le fournisseur de wifi Gowex reconnaît avoir falsifié ses comptes

Gowex, fournisseur espagnol de wifi dans les lieux publics, a reconnu dimanche avoir falsifié ses comptes des quatre dernières années au moins, et demandé à être placé sous la protection de la loi sur les faillites.Le spécialiste de fourniture d'internet wifi gratuit dans les lieux publics et transports urbains, présent dans plus de 90 villes dans le monde, dont New York, Paris et Madrid, a fait ses aveux après avoir pendant plusieurs jours réfuté des accusations d'un rapport accablant sur ses comptes de la firme américaine Gotham City Research. Le président de Gowex, Jenaro Garcia Martin, a déclaré samedi au conseil d'administration qu'il était l'auteur de comptes qui "ne donnaient pas une image fidèle" de la réalité, a annoncé le conseil dans un communiqué dimanche, ajoutant que la société ne pouvait pas honorer ses dettes .M. Garcia Martin a démissionné à la demande des membres du conseil d'administration, qui, confronté à l'impossibilité de rembourser les dettes, a demandé que la société soit placée sous la protection de la loi sur les faillites, précise le communiqué.Peu après la publication de ce communiqué, M. Garcia Martin a présenté ses excuses publiques sur son compte Twitter. "Je présente mes excuses à tout le monde. Je suis désolé, du fond du coeur", a-t-il écrit.Il a ensuite indiqué, toujours sur Twitter, qu'il avait fait "une confession volontaire au tribunal" et qu'il souhaitait "faire face aux conséquences et coopérer avec la justice".Gowex avait annoncé en fin de semaine qu'il publierait lundi "un plan d'action et un rapport en réponse" à celui de la mystérieuse firme américaine Gotham City Research, qui a jeté la suspicion sur ses comptes et fait chuter son action."Gowex est en train de travailler à la préparation d'un plan d'action et un rapport en réponse à celui publié par Gotham City Research, pour réfuter ses accusations ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant