Le Forum des exportateurs de gaz réaffirme la nécessité d'une indexation des prix gaz/pétrole

le
0
Le très fermé Forum mondial des exportateurs de gaz (GECF) a réaffirmé l'importance et l'urgence d'une "indexation des prix du gaz sur ceux du pétrole", explique notre correspondant Olivier Tarnèse. Le GECF tenait son premier sommet, ce mardi à Doha, au Qatar. "L'utilisation croissante du gaz naturel n'a pas conduit à réduire l'écart entre les deux énergies. C'est même l'inverse qui s'est produit", regrette l'émir du Qatar, Cheikh Hamad bin Khalifa Al Thani, sans toutefois annoncer de mesure concrète. Le cartel souhaite développer la filière gazière, tant d'un point de vue législatif que technologique. Le GECF n'envisage pas, pour l'instant, de contrôler les niveaux de production, contrairement à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP). Mais il ne cache pas son ambition, à terme, d'avoir une influence comparable à celle de l'organisation pétrolière. L'émir du Qatar cherche d'ores et déjà à rassurer : "La défense des intérêts des producteurs ne se fera pas au détriment des consommateurs". Le GECF, qui compte 12 membres, concentre 70% des réserves mondiales de gaz naturel : avec la Russie, premier producteur mondial, l'Iran, troisièmes réserves prouvées, le Qatar, quatrièmes réserves prouvées et le Venezuela. Le Kazakhstan, la Norvège et les Pays-Bas étaient également présents au sommet, en tant qu'observateur. La plupart des pays membres est également présente au sein de l'Organisation de coopération de Shanghai, qui est réputée favoriser les intérêts chinois, au détriment des Etats-Unis.
Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant