Le forcing de Sarkozy et Merkel pour sauver l'euro

le
0
À la veille du sommet des chefs d'États européens, Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel négociaient, mercredi à Berlin, un consensus sur l'aide à la Grèce.

Comme souvent depuis le début de la crise grecque, Angela Merkel aura attendu l'entrée en scène de Nicolas Sarkozy pour faire un pas en avant. Mardi, les conseillers économique et européen de la chancelière étaient à l'Élysée, et, mercredi, pour la deuxième fois en un mois, Nicolas Sarkozy a fait le déplacement jusqu'à Berlin pour arracher un accord susceptible de rassurer les marchés.

Après avoir soufflé le chaud et le froid ces derniers jours, la chancelière allemande s'est dite mercredi «très confiante» quant aux chances d'obtenir de «bons résultats» lors de la réunion extraordinaire des dirigeants des pays de l'Union monétaire prévue ce jeudi. Ces signaux rassurants ont été émis quelques heures avant l'arrivée à Berlin du président français, en fin de journée pour une séance de travail et un dîner à la Chancellerie. «Les marchés ont besoin d'un nouveau 14 octobre 2008, quand les chefs d'État avaient affirmé qu'ils ne laisseraient faire aucun

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant