Le football italien pris au piège des paris truqués

le
0
Gianluigi Buffon, le gardien de but de l'équipe nationale, est soupçonné d'être mêlé au scandale des parties arrangées.

Gianluigi Buffon aussi? Un frisson d'angoisse a parcouru vendredi matin les tifosi du Calcio. «Gigi», le gardien de la Juventus, le capitaine fétiche de la Nazionale, le footballeur le plus adulé d'Italie, l'équivalent de Zinédine Zidane, 34 ans et 113 présences en sélection nationale, aurait-il pris part à des parties truquées? Le parquet de Crémone, qui enquête sur lui, a dû se fendre d'un communiqué pour dire que le joueur n'était pas mis en examen. Reste la dérive extrasportive: alors que tout pari, même par le biais d'un prête-nom, est interdit aux joueurs professionnels en Italie, Buffon devra s'expliquer sur les quatorze chèques, de 100.000 euros chacun, versés au titulaire d'un débit de tabac de Parme enregistrant des paris sportifs, entre janvier et septembre 2010.

L'Italie respire, mais cette nouvelle enquête sur les parties truquées dans le Calcio, après avoir touché des clubs de seconde zone, déborde maintenant sur la Serie A, la tête du class...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant