Le fonds souverain du Qatar réduit ses allocations en Europe

le
0
    par Hadeel Al Sayegh et Tom Arnold 
    DUBAI, 1er mai (Reuters) - Le fonds souverain du Qatar, 
échaudé par ses investissements dans Volkswagen  VOWG_p.DE  ou 
Glencore  GLEN.L , réduit son exposition en Europe et fait 
davantage appel à des gérants extérieurs, a-t-on appris auprès 
de sources proches du dossier. 
    Qatar Investment Authority (QIA), qui détient pour 256 
milliards de dollars (224 milliards d'euros) d'actifs d'après le 
Sovereign Wealth Fund Institute, s'est fait une réputation 
d'investisseur agressif en Europe avec des prises de 
participation dans VW ou Glencore mais aussi dans le Credit 
Suisse  CSGN.VX  ou Harrods, le grand magasin londonien. 
    Le fonds a lancé une évaluation interne après la chute de 
certaines valorisations et celle des prix du pétrole et du gaz 
qui a fortement impacté les revenus des exportations du Qatar,  
ont dit les sources. Cette "revue" a conclu que QIA était 
"surinvesti" en Europe et devait moins investir en direct, 
ont-elles ajouté. 
    De ce fait, QIA confie davantage d'argent auprès de gérants 
extérieurs qui ont reçu pour consigne d'effectuer une meilleure 
répartition géographique de ces investissements, notamment en 
Asie et aux Etats-Unis. 
    Aucun commentaire n'a pu être obtenu auprès du fonds 
souverain. 
    L'une des sources a précisé que ce changement de stratégie 
avait été décidé à la suite de la dépréciation des 
investissements de QIA dans Volkswagen et Glencore. 
    Le cours de Bourse de VW, dont QIA est le troisième 
actionnaire avec 17% du capital, a flanché de 52% depuis son pic 
de mars 2015 en raison du scandale sur la fraude aux tests 
antipollution qui a plongé le groupe automobile allemand dans la 
tourmente. 
    Glencore, le groupe de négoce de matières premières dont QIA 
détient 9%, a quant à lui vu son cours de Bourse baisser de 49% 
depuis son pic de 2015, sous le coup d'inquiétudes sur sa 
solidité financière face à la chute des cours des métaux. 
    Après ces débâcles, "c'en est fini des investissements 
tape-à-l'oeil de QIA", a affirmé l'une des sources. 
    Pour autant, rien ne dit que QIA réduira ses participations 
existantes dans de grands groupes européens, ont-elles souligné. 
    Le discret fonds souverain ne communique guère sur ses 
allocations d'actifs dans le monde. En septembre dernier, il a 
ouvert un bureau à New York et annoncé son intention d'investir 
35 milliards de dollars aux Etats-Unis sur les cinq prochaines 
années. 
    Deux des sources ont indiqué que QIA souhaitait se renforcer 
dans l'investissement responsable, qui met l'accent sur la 
protection de l'environnement, du consommateur et des droits de 
l'homme, à l'instar du fonds souverain norvégien qui est le plus 
important du monde. 
 
 (Véronique Tison pour le service français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant