Le fonds en euros devient-il un produit de luxe ?

le
2
Afin de préserver la rentabilité de leur fonds en euros, de plus en plus d'assureurs mettent des barrières sur les nouveaux versements. (© S. Laporte / Le Revenu)
Afin de préserver la rentabilité de leur fonds en euros, de plus en plus d'assureurs mettent des barrières sur les nouveaux versements. (© S. Laporte / Le Revenu)

Le fonds en euros est jusqu’à présent encore liquide, garanti en capital et très rémunérateur compte tenu du niveau actuel des taux obligataires (nuls voire négatifs). Il a d’ailleurs depuis toujours la faveur des épargnants qui y consacrent encore aujourd’hui 80% de leurs cotisations.

Mais le contexte de taux d’intérêt très bas impacte durement le rendement des fonds en euros, composés à plus de 80% de titres obligataires (en majorité des obligations d’entreprises). Et la collecte, très forte depuis le début de l’année (+82,9 milliards de collecte brute à fin juillet), accentue encore le repli.

Du coup, afin de préserver la rentabilité de leur fonds en euros, de plus en plus d’assureurs mettent des barrières sur les nouveaux versements.

Piloter efficacement le niveau de collecte

Ce mouvement a d’abord débuté avec les fonds en euros dits de nouvelle génération, appelés fonds en euros actifs, dynamiques, opportunistes ou encore immobiliers. De part leurs sous-jacents en actions, produits structurés actions, immobilier… leur poids ne peut pas dépasser un certain niveau, relativement faible, dans les actifs globaux des assureurs.

Des contraintes sur les versements ont alors été mises en place pour piloter efficacement le niveau de collecte sur ces fonds en euros pépites qui doivent rester confidentiels.

C’est ainsi que des fonds en euros comme Suravenir

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • marcsim5 il y a 2 mois

    "très rémunérateur"...........2% et des poussières......

  • heimdal il y a 2 mois

    Quand les banques seront au tapis ,la fed et la BCE seront bien obligés de remonter leurs taux