Le fonds de retraite des fonctionnaires s'offre une boutique Vuitton

le
1

INFO LE FIGARO - La famille Arthus-Bertrand et la maison d’édition Gallimard ont vendu pour près de 75 millions d’euros au total les murs de la boutique Louis Vuitton à Saint-Germain des Prés à Paris.

Les fonctionnaires n’achètent peut-être pas tous les jours des sacs Louis Vuitton. Mais ils ont désormais une bonne raison de s’intéresser aux performances économiques de la marque au monogramme. Selon nos informations, L’Erafp, le fonds qui gère la retraite additionnelle de la fonction publique, a acheté fin janvier les murs de la boutique Louis Vuitton dans le très chic quartier de Saint-Germain des Prés à Paris. Un magasin devenu le flagship de la griffe rive Gauche qui résulte de la jonction de deux locaux côte à côte: l’un appartenant à la famille Arthus Bertrand connue pour fabriquer des médailles comme la légion d’honneur ou l’ordre du mérite, l’autre étant la propriété de Gallimard.

L’Erafp a donc conclu deux opérations. Il a fait un chèque d’a peu près 55 millions d’euros aux Arthus-Bertrand pour leur acheter la plus grande partie de la boutique Vuitton, soit 780 m². Il a aussi versé 20 millions d’euros à la maison d’édition Gallimard pour l’autre partie de la boutique, soit 250 m2. Gallimard était propriétaire de ces murs à Saint-Germain des Prés depuis qu’il avait racheté Flammarion en septembre 2012. Cette dernière maison d’édition possédait ces locaux où auparavant elle exploitait la librairie La Hune. Quand La Hune avait déménagé en 2012 à quelques dizaines de mètres dans le même quartier, elle n’avait pas vendu ce bien mais l’avait loué à Louis Vuitton.

Un investissement sûr

Pour la griffe au monogramme, ce rachat ne change rien. Elle restera toujours locataire de sa boutique. Quant à l’Erafp, il n’en est pas à son premier investissement immobilier. En janvier, il a notamment acquis pour plus de 160 millions d’euros trois immeuble en Europe: un immeuble de bureau à Londres, un immeuble avec des commerces au pied à Madrid et un immeuble de bureau en banlieue de Helsinki. En avril 2014, il avait déjà acheté la tour Kupka dans le quartier d’affaires de La Défense.

Le rachat de la boutique Louis Vuitton assurera un rendement pas très spectaculaire (à peu près 3,5 %) à l’Erafp. Mais, comme ce bien a un emplacement exceptionnel, il s’agit d’un investissement très sûr où le risque de ne plus avoir de locataire est faible. Le profil d’investissement dont rêvent les fonds de retraite qui préfèrent la sécurité au rendement.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • troteldo le jeudi 12 fév 2015 à 20:34

    Et a prêté de l'argent à la Grèce ... Il y a beaucoup de fric dans cet organisme. Qu'en restera-t-il quand les futurs rentiers arriveront à la retraite ? Ce système n'existe que depuis 2005. Les bénéficiaires ayant "bien" cotisé ne sont pas encore partis.