Le fonds de pension norvégien KLP exclut Petrobras

le
0

Le gestionnaire de pension norvégien KLP a annoncé qu'elle excluait Petrobras de ses investissements pour son implication dans l'un des plus grands cas de corruption au Brésil. KLP juge en effet le risque lié à Petrobras "inacceptable" et le maintien de sa participation dans la société "irresponsable".

Le fonds a également exclu 35 autres entreprises pour leur participation au secteur du charbon, des armes et du tabac. Il a par ailleurs revu sa position par rapport à Total, exclue elle aussi dans un premier temps pour ses projets d'exploration dans la région du Sahara occidental qui ont finalement été abandonnés.

De son côté, le plus gros fonds souverain au monde, le fonds de pension public norvégien, a annoncé en janvier dernier avoir mis sous observation le groupe pétrolier brésilien Petrobras. Si de nouveaux cas de corruption aggravée devaient être révélés à l'avenir dans les activités de Petrobras et si l'entreprise ne peut démontrer que le programme anticorruption est respecté et réellement amélioré, les conditions d'une exclusion pourraient être réunies, a noté le Conseil d’éthique du fonds.

Une enquête lancée en 2014 a mis au jour un système de trucage systématique des marchés passés entre Petrobras et ses sous-traitants, donnant lieu à des commissions de 3% sur chaque contrat, dont une partie reversée à des responsables politiques. Au-delà de leur incidence financière, ses décisions sont importantes car généralement suivies par d'autres investisseurs internationaux.

Retrouvez cet article sur Novethic.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant