Le fondateur du Cran désapprouve la plainte contre la CDC

le
0

PARIS (Reuters) - Le fondateur du Conseil représentatif des associations noires (Cran) Patrick Lozès a déploré samedi la décision de son successeur d'assigner en justice la Caisse des dépôts et consignations pour "complicité d'un crime contre l'humanité".

L'actuel président du Cran Louis-Georges Tin a annoncé vendredi, à l'occasion de la journée de commémoration de l'abolition de l'esclavage, que son association déposerait lundi une assignation en justice visant la CDC et deux de ses filiales.

Le Cran accuse la Caisse des dépôts et consignations d'avoir reçu l'équivalent de 21 milliards de dollars versés selon lui par Haïti en contrepartie de son indépendance en 1804.

"Je rappelle que l'indispensable devoir de mémoire ne doit pas diviser notre pays mais réunir dans une même mémoire 'les descendants d'esclaves' et tous les autres Français", écrit samedi Patrick Lozès dans un communiqué.

"Je m'inquiète de cette dérive qui consiste à réduire la mémoire de l'esclavage à une transaction matérielle et à des considérations financières", ajoute-t-il.

La journée des mémoires de la traite négrière, de l'esclavage et de leurs abolitions ne doit pas servir à créer des tensions, estime le fondateur du Cran.

"La société française pouvait sortir grandie de ces cérémonies du souvenir. C'est le contraire qui s'est passé avec cette initiative intempestive : cela s'appelle un rendez-vous manqué avec l'Histoire."

Marine Pennetier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant