Le fondateur de la société PIP de nouveau en garde à vue

le
0

MARSEILLE (Reuters) - Le fondateur de la société Poly Implant Prothèse (PIP), poursuivi dans un scandale d'implants mammaires non conformes, a été de nouveau placé en garde à vue mardi dans le cadre du volet financier de ce dossier, a-t-on appris de source judiciaire.

Jean-Claude Mas, qui est incarcéré depuis mars pour ne pas s'être acquitté de ses obligations de verser le premier quart de sa caution de 100.000 euros, a été placé en garde à vue dans les locaux de la section de recherche de la gendarmerie de Marseille.

Il a été entendu après le dépôt d'une plainte pour "abus de biens sociaux et banqueroute" par une avocate toulonnaise représentant des victimes.

Claude Couty, ancien président du directoire de PIP, a également été placé en garde à vue dans les mêmes locaux.

Jean-Claude Mas, 73 ans, est déjà mis en examen pour "blessures involontaires". Il a admis avoir utilisé un gel non conforme pour la fabrication de ses prothèses mais a récusé une dangerosité supérieure aux autres prothèses.

Sa demande de remise en liberté a été rejetée fin mars.

La juge d'instruction Anaïck Le Goff doit l'entendre mercredi dans le cadre du volet principal de l'affaire.

François Revilla

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant