Le Foll assure que l'enseignement de l'allemand n'est pas menacé au collège

le
1
Le Foll assure que l'enseignement de l'allemand n'est pas menacé au collège
Le Foll assure que l'enseignement de l'allemand n'est pas menacé au collège

Jean-Marc Ayrault lui même s'en était offusqué. L'ancien Premier ministre, professeur d'allemand, s'était ému la semaine dernière du sort a priori réservé à sa matière préférée dans la réforme du collège présentée début avril par la ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem. Ce mercredi, le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a assuré qu'il n'y avait «aucune remise en cause de l'enseignement de l'allemand» en France, faisant valoir que 515 postes d'enseignants dans cette langue seraient créés l'an prochain.

Disparition des «classes européennes»

Le texte de la réforme ne prévoit pas la suppression de l'allemand mais des classes bilangues, qui permettent actuellement à 15,9% des collégiens d'étudier une deuxième langue étrangère, en plus de l'anglais, dès la 6e. A la rentrée 2016, tous les élèves apprendront une 2e langue à partir de la 5e, au lieu de la 4e aujourd'hui. Les classes dites «européennes» sont donc supprimées puisque obsolètes dans cette nouvelle configuration. De quoi faire regretter au directeur de l'institut Goethe à Paris, Joachim Umlauf, que «l'Allemand va maintenant être relégué en France au même rang que la culture des orchidées!»

515 postes créés

Or «contrairement à ce qui est dit, il n'y a aucune remise en cause de l'enseignement de l'allemand, bien au contraire», a insisté ce mercredi Stéphane Le Foll lors de son compte-rendu du Conseil des ministres. «Aujourd'hui sont ouverts 250 à 300 postes de professeurs d'allemand, c'est 515 postes qui seront ouverts l'année prochaine donc on fait progresser au contraire l'enseignement de l'allemand», a-t-il ajouté.

Selon le porte-parole du gouvernement, «cette réforme du collège vise, non pas à remettre en cause la réussite des élèves qui font beaucoup d'options et réussissent» mais «à permettre la réussite du plan grand nombre». D'autant que «l'écart entre les meilleurs élèves et ceux qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7639769 le mercredi 29 avr 2015 à 16:12

    Des décennies que l'enseignement de l'allemand est menacé.C'est encore du tango à Paris...En tout cas ce n'est pas comme cela qu'il ira au bal des vainqueurs.