Le foie gras et Pamela Anderson échauffent les esprits à Paris

le
0
    PARIS, 19 janvier (Reuters) - L'actrice américaine Pamela 
Anderson a apporté mardi son soutien à une proposition de loi 
visant à interdire en France le gavage des oies et des canards 
pour produire du foie gras, provoquant  un tollé et un confusion 
générale à l'Assemblée nationale. 
    La députée écologiste Laurence Abeille a présenté son texte, 
qui fait quasiment l'unanimité contre lui, en présence de cette 
militante de la défense des droits des animaux et de 
représentants de la Fondation Brigitte Bardot. 
    La venue à Paris de l'ex-vedette de la série américaine 
Alerte à Malibu a provoqué une affluence inhabituelle à 
l'Assemblée. Débordés, les huissiers ont dû faire appel aux 
gendarmes pour les aider à contenir les nombreux journalistes 
désireux d'entrer dans la salle devenue trop petite.  
    Pamela Anderson a réclamé l'interdiction du gavage forcé, 
dénonçant "une tradition cruelle" qui n'a pas "sa place dans un 
monde civilisé".  
    Laurence Abeille a démenti mener un combat contre le foie 
gras mais a dit se battre contre les méthodes utilisées de 
gavage forcé, sans illusion sur l'inscription de sa proposition 
de loi à l'ordre du jour de l'Assemblée. 
    La présentation de ce texte intervient au lendemain de 
l'arrêt, décidé par le ministère de l'Agriculture et de la 
profession, de l'élevage de canards et d'oies pendant six mois 
dans le Sud-Ouest afin de mettre fin à l'épidémie de grippe 
aviaire qui sévit depuis deux mois dans plusieurs départements 
de cette partie de l'Hexagone. 
     
    LES ECOLOGISTES DIVISES 
    Ce texte a fait la quasi unanimité contre lui. 
    "Nous refusons d'être associés à ce texte qui mettrait en 
péril des milliers d'éleveurs", écrivent, dans un communiqué, 
huit députés écologistes dont Barbara Pompili, co-présidente du 
groupe, et François de Rugy. 
    "C'est totalement irréaliste", a renchéri Hugues Fourage, 
porte-parole du groupe PS. "La venue de Mme Anderson, ça me gave 
et ça me gonfle", a-t-il dit.  
    "C'est invraisemblable sur la forme et le fond", a dit 
Christian Jacob, le président du groupe Les Républicains. "On ne 
s'attaque pas à une filière d'excellence qui emploie environ 
100.000 personnes", a-t-il dit. 
    Le gouvernement, par la voix du ministre de l'Agriculture et 
de l'Alimentation, Stéphane Le Foll, avait auparavant apporté 
son soutien à la filière.  
    Marie-Pierre Pé, déléguée du Comité interprofessionnel des 
palmipèdes à foie gras (Cofig), a déclaré à Reuters "(son) 
indignation dans le moment que nous vivons". 
    "Que les parlementaires puissent provoquer cela, il y a 
30.000 familles derrière notre filière qui sont secouées", 
a-t-elle poursuivi. "On comprend que des gens n'aient pas envie 
de manger de foie gras mais qu'ils n'empêchent pas les amateurs 
de foie gras d'en consommer et de se faire plaisir avec ce 
produit", a-t-elle conclu. 
 
 (Emile Picy, avec Sybille de la Hamaide, édité par Yves 
Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant